Journal de l'économie

Envoyer à un ami
Version imprimable

Renault veut orchestrer un retour gagnant pour Alpine





Le 17 Décembre 2017, par

Renault va tenter une incursion dans le segment premium, en relançant une marque mythique, Alpine. L'usine basée à Dieppe, en Seine-Maritime, produit 5 véhicules par jour, avec l'objectif d'atteindre une cadence de 30 unités quotidiennes.


L'Alpine A110 est le véhicule qui doit permettre à Renault d'acquérir une image plus haut de gamme. Il est vrai que l'Alliance Renault Nissan a beaucoup misé sur le low cost, notamment avec Dacia, pour se hisser à la première place du classement mondial des constructeurs automobiles. Alpine, c'est un tout autre segment du marché. La marque a été achetée par Renault en 1973, puis elle n'a plus rien produit depuis 1995. En 2012, le constructeur décide de la relancer, d'abord en investissant 36 millions d'euros dans l'usine de Dieppe, le cœur historique d'Alpine.

En décembre dernier, Renault tâte le terrain en commercialisant 1955 unités de l'A110. Les stocks ont fondu en trois jours, signe de l'intérêt des amateurs de belle mécanique. En début d'année, le constructeur ouvre les commandes, avec comme résultat « plusieurs milliers de réservations » malgré un prix de 58 500 euros. L'usine de Seine-Maritime, inaugurée par le ministre de l'Économie cette semaine, produit actuellement 5 véhicules par jour, avec à terme l'ambition de passer à 30 unités.

Pas question donc de transformer Alpine en marque de volumes : Renault tient à conserver l'image premium qui se dégage de l'A110, un coupé sportif à deux places qui dégage une puissance de 252 chevaux. Mais à terme, succès aidant, le constructeur automobile pourrait développer la marque avec une famille de voitures haut de gamme.


Journaliste spécialisé dans les nouvelles technologies, Olivier Sancerre est aussi versé dans... En savoir plus sur cet auteur

Tags : Renault

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Le JDE promeut la liberté d'expression, dans le respect des personnes et des opinions. La rédaction du JDE se réserve le droit de supprimer, sans préavis, tout commentaire à caractère insultant, diffamatoire, péremptoire, ou commercial.

France | International | Entreprises | Management | Lifestyle | Blogs de la rédaction | Divers | Native Advertising | Juris | Art & Marché | Billets d'humeur | Industrie immobilière



Les entretiens du JDE

Frederic Buisson, délégué syndical Groupe adjoint CFE – CGC du groupe Casino : "Casino conserve un temps d’avance par rapport à la concurrence"

François Bertauld, PDG de Médiane Système : "Aujourd’hui les entreprises de services du numérique sont devenues un soutien essentiel à l’innovation industrielle."

Justine Huiwen ZHANG : "Mieux comprendre la Chine"

Bernard Attali : "Un vent de violence"

Guerre économique : « c’est un leadership mondial qui se joue »

​Droite-gauche : la fin d’une époque ?

Laurence Gilardo, déléguée syndicale SNTA/FO du groupe Casino : « les salariés comme les syndicats du groupe Casino doivent resserrer les rangs »

« Dans les échanges économiques entre les entreprises, la professionnalisation et l’éthique sont indissociables de la fonction achat », Bruno Crescent, ancien directeur des achats d’EDF










Rss
Twitter
Facebook