Journal de l'économie

Envoyer à un ami
Version imprimable

Rénovation énergétique : le gouvernement va interdire le démarchage téléphonique





Le 27 Janvier 2020, par La rédaction

Le démarchage téléphonique pour des rénovations énergétiques va être complètement interdit, a annoncé Agnès Pannier-Runacher, la secrétaire d'État auprès du ministère de l'Économie. Ces appels se multiplient depuis plusieurs mois.


Des plaintes en hausse de 20%

Depuis plus d'un an, de nombreux consommateurs sont harcelés au téléphone par des entreprises proposant leurs services de rénovation énergétique. Entre août 2018 et août 2019, la direction de la répression des fraudes (DGCCRF) a enregistré 1 770 plaintes dans ce seul secteur. C'est 20% de plus par rapport à la même période de l'année précédente. Il faut dire qu'entre temps, le gouvernement a mis en place un programme de rénovation d'un demi-million de logements chaque année, les propriétaires pouvant bénéficier de subventions et de réductions d'impôts. Des carottes qui ont attiré les entreprises indélicates, prêtes à tout pour décrocher des contrats.

Le dispositif d'isolation à un euro est souvent cité dans les plaintes remontées à la DGCCRF. Des entreprises du bâtiment tentent de frauder les ménages par le biais de techniques d'intimidation, au prix de défaut de visite technique, d'établissement d'un devis, voire de travaux mal réalisés. 

Des amendes en forte hausse

D'où la hausse conséquente du démarchage téléphonique, pour lequel les professionnels du bâtiment ont appelé à l'interdiction il y a quelques jours. Un message entendu par le gouvernement : durant une conférence de presse, la secrétaire d'État auprès du ministère de l'Économie Agnès Pannier-Runacher a annoncé la mise en place d'une mesure visant à prohiber complètement le démarchage téléphonique dans le domaine de la rénovation énergétique. Ce dispositif sera décidé en lien avec des parlementaires.

Par ailleurs, le Parlement va s'emparer en deuxième lecture d'un texte sur l'encadrement du démarchage téléphonique au sens large. Le projet prévoit notamment des sanctions plus lourdes pour les entreprises contactant des personnes inscrites sur la liste d'opposition au démarchage Bloctel. Les amendes pourront aller jusqu'à 375 000 euros, au lieu de 75 000 euros actuellement. Un montant dissuasif, du moins c'est ce qu'espèrent tous ceux qui ont subi un jour ces appels intempestifs.




Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Le JDE promeut la liberté d'expression, dans le respect des personnes et des opinions. La rédaction du JDE se réserve le droit de supprimer, sans préavis, tout commentaire à caractère insultant, diffamatoire, péremptoire, ou commercial.

France | International | Entreprises | Management | Lifestyle | Blogs de la rédaction | Divers | Native Advertising | Juris | Art & Marché | Prospective | Industrie immobilière | Intelligence et sécurité économique - "Les carnets de Vauban"













Rss
Twitter
Facebook