Journal de l'économie

Envoyer à un ami
Version imprimable

Retour à la normale pour le champagne





Le 17 Janvier 2024, par François Laporte

L'an dernier, la région de Champagne a connu une baisse significative de ses expéditions de bouteilles, marquant un recul par rapport à l'année record de 2022. Cette évolution s'inscrit dans une stratégie d'exportation et de montée en gamme, malgré un contexte économique fluctuant.


Stratégie de montée en gamme

Les chiffres de 2023 révèlent une baisse de 8,2% des expéditions de champagne par rapport à l'année précédente, avec un total de 299 millions de bouteilles vendues. Cette diminution survient après une année 2022 exceptionnelle, marquée par des ventes record de 325 millions de bouteilles. Le Comité Champagne interprète cette évolution comme un retour à la normale, en comparaison avec les années antérieures à la pandémie de Covid-19. En effet, les ventes en 2019 avaient été de 297 millions, concluant une période d'érosion graduelle depuis le pic de 321 millions de bouteilles en 2015. La crise sanitaire avait entraîné une chute des ventes en 2020 à 245 millions, avant une remontée spectaculaire en 2021 et 2022.

Le secteur du champagne a, depuis plusieurs années, orienté sa stratégie vers l'exportation et la montée en gamme. En privilégiant des cuvées premium destinées au marché international, les producteurs ont cherché à conquérir de nouveaux territoires. Cette stratégie a porté ses fruits puisque, en 2018, les ventes à l'étranger ont dépassé pour la première fois les ventes nationales, la France ne représentant plus que 48,7 % des ventes totales. Malgré la baisse des volumes en 2023, cette orientation stratégique a permis de maintenir un chiffre d'affaires élevé, dépassant les 6 milliards d'euros.

La concurrence s'intensifie pour le champagne

L'année 2023 a également été marquée par des défis économiques, notamment l'inflation qui a influé sur les coûts de production et, par conséquent, sur les prix des bouteilles. L'augmentation du coût des matières premières, exacerbée par la guerre en Ukraine, s'est répercutée sur le prix final du produit. Par ailleurs, la concurrence internationale s'intensifie, avec une hausse notable des ventes de crémants en France et un succès croissant du prosecco italien sur les marchés internationaux, notamment au Royaume-Uni.

Maxime Toubart, président du syndicat général des vignerons et coprésident du comité Champagne, a souligné ce « retour à la normale » en mettant en avant les spécificités et les limites de l'appellation Champagne, qui ne permettent pas une croissance en volume sur le long terme. David Châtillon, président de l'Union des maisons de champagne et également coprésident du comité, a dit son optimisme pour l'avenir, tout en reconnaissant la sensibilité du marché du champagne aux fluctuations géopolitiques et économiques mondiales.



Tags : champagne

Nouveau commentaire :
Twitter

Le JDE promeut la liberté d'expression, dans le respect des personnes et des opinions. La rédaction du JDE se réserve le droit de supprimer, sans préavis, tout commentaire à caractère insultant, diffamatoire, péremptoire, ou commercial.

France | International | Mémoire des familles, généalogie, héraldique | Entreprises | Management | Lifestyle | Blogs de la rédaction | Divers | Native Advertising | Juris | Art & Culture | Prospective | Immobilier, Achats et Ethique des affaires | Intelligence et sécurité économique - "Les carnets de Vauban"



Les entretiens du JDE

Tarek El Kahodi, président de l'ONG LIFE : "L’environnement est un sujet humanitaire quand on parle d’accès à l’eau" (2/2)

Tarek El Kahodi, président de l'ONG LIFE : "Il faut savoir prendre de la hauteur pour être réellement efficace dans des situations d’urgence" (1/2)

Jean-Marie Baron : "Le fils du Gouverneur"

Les irrégularisables

Les régularisables

Aude de Kerros : "L'Art caché enfin dévoilé"

Robert Salmon : « Voyages insolites en contrées spirituelles »

Antoine Arjakovsky : "Pour sortir de la guerre"













Rss
Twitter
Facebook