Journal de l'économie

Envoyer à un ami
Version imprimable

Rich Kids : une application pour utilisateurs fortunés





Le 16 Octobre 2016, par

Habituellement, les réseaux sociaux comme Facebook, Twitter, Instagram ou Snapchat cherchent à recruter un maximum d'utilisateurs dont ils pourront « vendre » les données aux annonceurs. Rich Kids fait tout l'inverse.


Rich Kids permet à ses utilisateurs de partager statuts et photos, mais pas à tous. Car ce nouveau réseau social ne s'adresse qu'à une frange d'utilisateurs parmi les plus fortunés : il faut en effet débourser mille dollars par mois pour avoir accès à l'application ! « Si c'est trop vous, ce n'est pas pour vous », claironne le réseau social qui a au moins le mérite d'annoncer clairement la couleur.

Le développeur à l'origine de Rich Kids, Juraj Ivan, explique que les membres de Rich Kids peuvent se « démarquer » du tout venant avec des photos affichées de « manière élégante » — en fait, les images s'affichent dans des cadres dorés du meilleur goût. Est-ce suffisant pour attirer une clientèle fortunée ?

Les utilisateurs de cette application seront sans doute plus attirés par le fait qu'ils pourront partager leurs escapades sans crainte de réactions épidermiques de la part de membres moins fortunés. Conscient de la polémique autour de son application, le développeur assure qu'un tiers de l'abonnement sera reversé à des œuvres caritatives. 


Journaliste spécialisé dans les nouvelles technologies, Olivier Sancerre est aussi versé dans... En savoir plus sur cet auteur


Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Le JDE promeut la liberté d'expression, dans le respect des personnes et des opinions. La rédaction du JDE se réserve le droit de supprimer, sans préavis, tout commentaire à caractère insultant, diffamatoire, péremptoire, ou commercial.

France | International | Entreprises | Management | Lifestyle | Blogs de la rédaction | Divers | Native Advertising







Les entretiens du JDE

Les entretiens du JDE

Florent Skrabacz, CEO de Shadline : « L’invisibilité des données est la clé de la résilience numérique »

Général Soubelet : « Traitons les vrais problèmes, ne poussons pas les Français à la révolte »

Entretien avec Ignacio de la Torre : "Nous vivons le début de la fin de « l’argent bon marché » !"

Fabrice Lépine, DG de Wonderbox : "Nos partenaires sont les premiers ambassadeurs de notre marque"

Vincent Stellian, président de Quietalis : « Nos clients et nos partenaires nous font confiance parce que nous sommes indépendants »

Citelum veut "prolonger la vie au-delà de la tombée de la nuit." Jean-Daniel Le Gall, directeur général adjoint.

Agriculture : le printemps européen du ministre Stéphane Travert

Olivier Maes, le monde comme territoire de marque.

















Rss
Twitter
Facebook