Journal de l'économie

Envoyer à un ami
Version imprimable

Rovio (Angry Birds), après de faibles résultats, mise sur l'animation





Le 20 Mars 2015, par

L'épopée "Angry Birds" semble arrivée à un tournant qui pourrait en signer la fin : l'éditeur Rovio à qui l'on doit la franchise à succès de jeux pour smartphone ensuite déclinée sous toutes ses formes et en de nombreux produits dérivés a publié des résultats assez décevants avec un petit bénéfice net et un chiffre d'affaires en baisse. Pour se relancer, l'entreprise veut changer de domaine et se lancer dans l'animation.


Shutterstock/Economiematin
Shutterstock/Economiematin
Après un succès fulgurant en 2012, année pendant laquelle le phénomène Angry Birds était à son apogée et pour laquelle Rovio avait publié un résultat record de 80 millions d'euros de bénéfice net, la société est en crise. Sans être en perte, elle n'enregistre qu'un bénéfice net de 10 millions d'euros pour 2014 pour un chiffre d'affaires de 158,3 millions d'euros. Ce dernier baisse de 16% par rapport à l'année précédente confirmant que l'entreprise doit se renouveler.

Un renouvellement qui a déjà commencé notamment avec le changement de modèle économique pour la franchise Angry Birds : d'un modèle prémium payant les jeux sont passés à un modèle freemium gratuit avec achats intégrés. Le passage devrait se faire courant 2015 et risque de faire encore un peu plus de mal au chiffre d'affaires du groupe.

Mais le succès reste au rendez-vous : les six déclinaisons et jeux sortis en 2014 ont cumulé 600 millions de téléchargements dans le monde : si le modèle freemium est bien accueilli par les utilisateurs Rovio pourrait se sauver de l'impasse.

En attendant, l'éditeur décline toujours sa franchise et espère que l'animation, notamment la série de dessins animés sur Angry Birds et surtout le film d'animation qui devrait sortir courant 2015 lui permettront de reprendre son envol.

Rekka Rentama, PDG de rovio, en est convaincu : "Je suis confiant qu’avec cette organisation plus simple et cette vision plus claire, nous puissions renouer avec la croissance".


Paolo Garoscio
Après son diplôme de Master en Philosophie du Langage, Paolo Garoscio a décidé de se tourner vers... En savoir plus sur cet auteur


Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Le JDE promeut la liberté d'expression, dans le respect des personnes et des opinions. La rédaction du JDE se réserve le droit de supprimer, sans préavis, tout commentaire à caractère insultant, diffamatoire, péremptoire, ou commercial.

France | International | Entreprises | Management | Lifestyle | Blogs de la rédaction | Divers | Native Advertising | Juris | Art market



Les entretiens du JDE

Les gilets jaunes sont-ils populistes ? par Francois-Bernard Huyghe

L’avenir de l’Europe passe par la Culture

Frédéric Pierucci : « Il y a une opportunité stratégique de rachat à GE de la branche nucléaire d’Alstom »

Guillaume Alvarez, vice-président senior de Steelcase : manager une entreprise mondialisée en France

Stéphane Roussel, COO de Vivendi et PDG de Gameloft : « Je me vois comme un dénicheur de talents »

La crise des gilets jaunes analysée par Eric Delbecque

Christian Aghroum : Gilets jaunes et mobilisation numérique

Philippe Schleiter: "faire réussir des choses extraordinaires par des gens ordinaires"








Opinion

Transition énergétique : arrêtez d’emmerder les français !

Transition énergétique : arrêtez d’emmerder les français !
Depuis des années, nous entendons parler de la fin du monde. Les gaz à effet de serre produits par les pays industriels aboutiraient à terme à la disparition de la vie sur terre. Il faudrait donc changer de mode de vie pour sauver la planète. On nous le répète à longueur de journée. Entre vivre et conduire, on choisit vite.

Jacques Debonsens











Rss
Twitter
Facebook