Journal de l'économie

Envoyer à un ami
Version imprimable

Ryanair craint le Brexit





Le 16 Mai 2016, par

La perspective d’une sortie de la Grande-Bretagne de l’Union européenne inquiète de nombreuses institutions et entreprises outre Manche. La Banque d’Angleterre a récemment prévenu des dangers d’un Brexit, c’est au tour de Ryanair de dire ses craintes.


Michael O'Leary, le directeur général de la compagnie aérienne à bas coût a indiqué qu’il était prêt à réduire la voilure de ses investissements en Grande-Bretagne si l’issue du référendum du 23 juin était défavorable. Si le pays n’est plus membre de l’Union européenne, alors de nombreux emplois et des investissements iront ailleurs, a-t-il déclaré lors d’une réception en présence du ministre des Finances, George Osborne.

Ryanair a l’intention d’ouvrir un centre de formation à Stansted, avec à la clé la création de 450 emplois. Que se passera-t-il si le Brexit se confirme ? Il est probable que ce centre s’installe ailleurs dans l’UE. Plus inquiétant pour la bonne santé de l’entreprise : en cas de sortie de la Grande-Bretagne, la compagnie ne bénéficiera plus du traité « ciel ouvert » qui permet aux voyageurs d’avoir des tarifs aériens communs.

Cela signifie que Ryanair devra payer plus cher pour survoler l’UE. Impensable pour une entreprise qui n’a de cesse que de tirer les prix vers le bas. Les électeurs britanniques entendront-ils ces mises en garde ?


Journaliste spécialisé dans les nouvelles technologies, Olivier Sancerre est aussi versé dans... En savoir plus sur cet auteur

Tags : ryanair

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Le JDE promeut la liberté d'expression, dans le respect des personnes et des opinions. La rédaction du JDE se réserve le droit de supprimer, sans préavis, tout commentaire à caractère insultant, diffamatoire, péremptoire, ou commercial.

France | International | Entreprises | Management | Lifestyle | Blogs de la rédaction | Divers | Native Advertising








Les entretiens du JDE

Les entretiens du JDE

Christian Aghroum : Gilets jaunes et mobilisation numérique

Philippe Schleiter: "faire réussir des choses extraordinaires par des gens ordinaires"

Gilles Imbert, groupe Interconstruction : « Les promoteurs indépendants sont obligés, plus que les autres, de tenir leurs engagements »

Loïk Le Floch-Prigent : « En finir avec le dérèglement industriel »

Florent Skrabacz, CEO de Shadline : « L’invisibilité des données est la clé de la résilience numérique »

Général Soubelet : « Traitons les vrais problèmes, ne poussons pas les Français à la révolte »

Entretien avec Ignacio de la Torre : "Nous vivons le début de la fin de « l’argent bon marché » !"

Fabrice Lépine, DG de Wonderbox : "Nos partenaires sont les premiers ambassadeurs de notre marque"









Rss
Twitter
Facebook