Journal de l'économie

Envoyer à un ami
Version imprimable

Ryanair demande à ses personnels en France de baisser leur salaire





Le 1 Juin 2020, par François Lapierre

Comme toutes les compagnies aériennes, Ryanair a subi de plein fouet les longues semaines de confinement et les restrictions de déplacement. Le transporteur irlandais a proposé des baisses de salaire et de temps de travail à ses personnels navigants français.


Salaires et temps de travail en baisse

Avec la plupart de ses avions cloués au sol depuis mi-mars, Ryanair souffre comme l'ensemble du secteur aérien. L'entreprise a d'ores et déjà annoncé la suppression de 3.000 postes en Europe, et la direction a mis entre les mains de ses employés français une proposition qui sera dure à accepter. D'après des informations de RTL, la compagnie aérienne propose de baisser le salaire des pilotes de 20% pendant cinq ans (soit 12% sur l'ensemble de la période). Les nouveaux pilotes et copilotes seront payés moins cher, et il n'y aura pas d'augmentation de salaire jusqu'au 30 juin 2025.

Les hôtesses et les stewarts devront eux aussi se serrer la ceinture de 10%, durant le même laps de temps. Comme pour les pilotes, le salaire des nouveaux employés sera moins élevé que ceux déjà en poste qui accepteront de baisser leur rémunération. Le temps de travail des hôtesses et stewarts va aussi se réduire, passant de 2.000 heures par an à 1.600 seulement. Leur salaire passerait donc de 1.539 € par mois, à 1.231 €. Ces mesures entreraient en œuvre dès le 1er juillet. 

Menace sur l'emploi

Ryanair a mis cette proposition entre les mains du SNPL, le syndicat des pilotes de ligne, avec 5 jours pour y répondre. En cas de refus, la compagnie supprimerait 29% des pilotes et 27% des copilotes, soit 23 pilotes sur les 81 de la compagnie aérienne en France. Le SNPL a décidé de négocier « en attendant des jours meilleurs », le syndicat voulant tout de même s'assurer qu'aucun pilote ne serait licencié.

Pour les hôtesses et stewarts en revanche, le salaire proposé reviendrait à être payé… sous le Smic. Le syndicat des personnels navigants SNPNC-GO, pour qui la proposition de Ryanair est un « chantage au licenciement », a exigé des précisions. Mais là aussi, le groupe menace de supprimer des postes si l'accord n'est pas ratifié : cela signifierait le départ de 27 personnes, sur un total actuel de 160 en France.




Nouveau commentaire :
Twitter

Le JDE promeut la liberté d'expression, dans le respect des personnes et des opinions. La rédaction du JDE se réserve le droit de supprimer, sans préavis, tout commentaire à caractère insultant, diffamatoire, péremptoire, ou commercial.

France | International | Entreprises | Management | Lifestyle | Blogs de la rédaction | Divers | Native Advertising | Juris | Art & Marché | Prospective | Industrie immobilière | Intelligence et sécurité économique - "Les carnets de Vauban"



Les entretiens du JDE

Institut Sapiens : « Les concessions autoroutières préservent l’intérêt général »

​Jean-Luc Favène, Directeur Général de Lissac : "Notre modèle de franchise à tout pour séduire indépendants et primo-franchisés"

Quand Wall Street revêt les ailes d’Icare

La France doit consacrer l’importance stratégique d’une filière de l’hygiène

Sacha Lazimi (Yubo) : « En termes de communauté, nous sommes la première application sociale 100 % made in France »

Relance économique : de la nécessité d’intégrer la sécurisation des échanges inter-entreprises

Le chômage américain baisse… si vous excluez les CDD

TwentyTwo Real Estate: "agilité et rigueur face au risque" (Daniel Rigny)













Rss
Twitter
Facebook