Journal de l'économie

Envoyer à un ami
Version imprimable

Ryanair se coupe en quatre





Le 5 Février 2019, par

En annonçant les résultats du dernier trimestre 2018, Ryanair a également dévoilé une réorganisation surprise de la structure de l’entreprise. Michael O’Leary, le fondateur et patron de la compagnie aérienne, continue de tenir le manche.


Durant les trois derniers mois de 2018, la compagnie aérienne à bas coûts Ryanair a enregistré un chiffre d’affaires de 1,53 milliard d’euros, en progression de 9% par rapport à la même période de 2017. Le nombre de voyageurs transportés a augmenté de 8%, à 33 millions de passagers. Mais voilà, comme l’ensemble du secteur le groupe aérien fait face à une baisse des prix importantes : le prix moyen d’un vol est de moins de 30 euros, il flanche de 6%. Au bénéfice des voyageurs bien sûr, mais au détriment des bénéfices de Ryanair, qui accuse donc une perte nette de 20 millions d’euros sur le trimestre.

Il n’y a là pas de quoi inquiéter Michael O’Leary, le fondateur et directeur général de Ryanair, qui se réjouit de voir le nombre de passagers augmenter. De plus, cette période de prix bas représente des opportunités d’acquisition : les compagnies les plus affaiblies vont chercher des repreneurs, certaines lignes vont aussi se libérer. Ryanair a annoncé une réorganisation afin d’être plus flexible ; la compagnie se compose désormais de quatre filiales : Ryanair DAG pour l’Irlande, Ryanair UK pour le Royaume-Uni bien sûr, Ryanair Sun pour la Pologne et Laudamotion en Autriche.

Michael O’Leary reste à la tête du groupe pour les cinq prochaines années, mais il délaisse son poste de directeur de Ryanair DAG. Cette restructuration, qui complète une année 2018 difficile, doit donner un nouvel élan à l’entreprise qui envisage d’atteindre les 200 millions de passagers chaque année à l’horizon 2024.


Journaliste spécialisé dans les nouvelles technologies, Olivier Sancerre est aussi versé dans... En savoir plus sur cet auteur

Tags : Ryanair

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Le JDE promeut la liberté d'expression, dans le respect des personnes et des opinions. La rédaction du JDE se réserve le droit de supprimer, sans préavis, tout commentaire à caractère insultant, diffamatoire, péremptoire, ou commercial.

France | International | Entreprises | Management | Lifestyle | Blogs de la rédaction | Divers | Native Advertising | Juris | Art & Marché | Billets d'humeur | Industrie immobilière



Les entretiens du JDE

Guerre économique : « c’est un leadership mondial qui se joue »

​Droite-gauche : la fin d’une époque ?

Laurence Gilardo, déléguée syndicale SNTA/FO du groupe Casino : « les salariés comme les syndicats du groupe Casino doivent resserrer les rangs »

« Dans les échanges économiques entre les entreprises, la professionnalisation et l’éthique sont indissociables de la fonction achat », Bruno Crescent, ancien directeur des achats d’EDF

Pierre Bergounioux : « Les gouvernements, de droite comme de gauche, ont accompli le tour de force, depuis un demi-siècle, de ne rien changer à l’ordre des choses »

Marc Lazar : « La peuplecratie, c’est l’idée que la souveraineté du peuple est sans limites ».

Guillemette Devernois : « Maladies rares : Il faut s’emparer des avancées de la recherche scientifique »

« Appel à la guérilla mondiale »










Rss
Twitter
Facebook