Journal de l'économie

Envoyer à un ami
Version imprimable

Ryanair : un bénéfice en hausse de 10% en 2017, mais pessimisme pour 2018





Le 22 Mai 2018, par Marie-Eve Jamin

La compagnie aérienne à bas coûts Ryanair a réalisé une hausse de 10 % de son bénéfice net lors de son exercice annuel 2017-2018, malgré l’annulation de milliers de vols ces derniers mois. Mais la hausse des salaires de son personnel et celle des cours du pétrole notamment assombrit son horizon.


Ryanair : un bénéfice record de 1,45 milliard d’euros en 2017

Ryanair a une nouvelle fois battu des records. En 2017, la compagnie low-cost a transporté 130,3 millions de passagers en 2017. Un chiffre en hausse de 9 % par rapport à l’année précédente. Pourtant ces derniers mois ont été marqués par l’annulation de quelque 20.000 vols. Le bénéfice net s’envole, lui, de 10 % et s'établit à 1,45 milliard d’euros. Enfin, le chiffre d’affaires progresse de 8 % à 7,15 milliards. 

Ainsi, sur l'exercice allant du 1er avril 2017 au 31 mars 2018, la principale compagnie low-cost européenne a vu ses prévisions se réaliser. L'Irlandaise met, notamment, en avant ses progrès en Allemagne, en Italie et en Espagne. Les prix de ses billets d'avion ont diminué en moyenne de 3%, à 39,40 euros par vol, faisant dire à l'entreprise qu'aucune autre « compagnie aérienne de l'UE ne peut battre Ryanair sur les prix ».

Le Brexit, la hausse des salaires et celle des cours du pétrole rendent l'avenir plus incertain

Pourtant, la société irlandaise, qui vise les 200 millions de passagers annuels d'ici à 2024, pourrait bien voir le ciel s'assombrir. Ryanair va notamment devoir augmenter les salaires de 100 millions d’euros face à la grogne du personnel navigant. En effet, elle a accepté la création de syndicats en décembre dernier et négocie notamment avec ses pilotes. Ainsi, elle va voir ses coûts de personnel augmenter du fait de l'annualisation des hausses de salaires de ses pilotes et personnels de cabine. 

Pour l'exercice comptable en cours d'avril 2018 à mars 2019, qui sera marqué à la fin mars 2019 par le départ formel du Royaume-Uni de l'Union européenne, dû au Brexit, la compagnie s'est voulue pessimiste et très prudente. Mais surtout, la compagnie prévoit de subir l'impact de la poursuite de la hausse des cours du pétrole, dont le baril de Brent vient de franchir la barre des 80 dollars pour la première fois depuis novembre 2014. Ryanair prévoit que cette évolution devrait alourdir de 400 millions d'euros sa facture annuelle de kérosène. Au final, elle prévoit un repli de son bénéfice net, attendu dans une fourchette de 1,25 à 1,35 milliard d'euros.




Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Le JDE promeut la liberté d'expression, dans le respect des personnes et des opinions. La rédaction du JDE se réserve le droit de supprimer, sans préavis, tout commentaire à caractère insultant, diffamatoire, péremptoire, ou commercial.

France | International | Entreprises | Management | Lifestyle | Blogs de la rédaction | Divers | Native Advertising | Juris | Art & Marché | Billets d'humeur | Industrie immobilière



Les entretiens du JDE

Frederic Buisson, délégué syndical Groupe adjoint CFE – CGC du groupe Casino : "Casino conserve un temps d’avance par rapport à la concurrence"

François Bertauld, PDG de Médiane Système : "Aujourd’hui les entreprises de services du numérique sont devenues un soutien essentiel à l’innovation industrielle."

Justine Huiwen ZHANG : "Mieux comprendre la Chine"

Bernard Attali : "Un vent de violence"

Guerre économique : « c’est un leadership mondial qui se joue »

​Droite-gauche : la fin d’une époque ?

Laurence Gilardo, déléguée syndicale SNTA/FO du groupe Casino : « les salariés comme les syndicats du groupe Casino doivent resserrer les rangs »

« Dans les échanges économiques entre les entreprises, la professionnalisation et l’éthique sont indissociables de la fonction achat », Bruno Crescent, ancien directeur des achats d’EDF










Rss
Twitter
Facebook