Journal de l'économie

Envoyer à un ami
Version imprimable

S&P dégrade la note souveraine de la France





Le 3 Juin 2024, par Aurélien Delacroix

L'agence de notation américaine Standard & Poor's a dégradé la note de la dette souveraine française, passant du troisième cran « AA » au quatrième « AA- ». Cette décision, rendue publique vendredi dernier, reflète une « détérioration de la position budgétaire » de la France.


Une dégradation de la note souveraine

C'est un coup dur pour le gouvernement. Le déficit budgétaire pour l'année 2023 s'est avéré beaucoup plus élevé que prévu, ce qui a conduit S&P à estimer que la France ne pourra pas ramener son déficit en dessous de 3 % du PIB avant 2027.

L'Hexagone, noté par S&P depuis 1975, avait déjà subi une dégradation similaire par le passé. En 2012, l'agence avait été la première à retirer à la France son prestigieux triple A, une note symbolisant une gestion économique exemplaire. Aujourd'hui, ce déclassement met en lumière les défis financiers auxquels le pays doit faire face.

Face à cette dégradation, les réactions du gouvernement français ont été rapides. Bruno Le Maire a tenté de rassurer en déclarant que cette baisse de la note n'aurait pas d'impact direct sur le quotidien des Français. « Notre stratégie reste la même : réindustrialiser, atteindre le plein emploi et tenir notre trajectoire pour revenir sous les 3 % de déficit en 2027 », a-t-il affirmé. 

Le ministre de l'Économie a également justifié l'augmentation des déficits par les mesures de soutien mises en place pour faire face à la crise du Covid-19 et à la flambée des prix de l'énergie. « Si aujourd'hui nous avons un niveau de dette élevé, c'est parce que j'ai sauvé l'économie française », a-t-il insisté sur BFMTV.

Thomas Cazenave, ministre des Comptes publics, a quant à lui souligné que cette révision de la note de la dette ne faisait que rappeler l'urgence de poursuivre les efforts de rétablissement des finances publiques. En début d'année, le gouvernement avait déjà décidé 10 milliards d'euros d'économies dans les dépenses de l'État, et prévoit d'atteindre 10 milliards supplémentaires en 2024.

Les critiques des oppositions

Les oppositions n'ont pas tardé à critiquer la gestion gouvernementale des finances publiques. Marine Le Pen, cheffe de file des députés du Rassemblement national (RN), a dénoncé une gestion « catastrophique » et accusé le gouvernement de mener le pays à des records d'impôts, de déficit et de dettes. 

Eric Ciotti, président des Républicains, a également fustigé la gestion économique du duo Macron-Le Maire, tandis qu'Eric Coquerel, président de la commission des finances de l'Assemblée nationale, a exprimé sa crainte que le gouvernement utilise cette dégradation pour justifier de nouvelles coupes budgétaires.

Malgré cette dégradation, la capacité de la France à honorer ses échéances de dette reste « très forte » selon les critères de S&P, même avec un double A suivi d’un signe moins. Toutefois, ce déclassement pourrait entraîner une méfiance accrue des investisseurs et alourdir la charge de la dette.

En décembre dernier, S&P avait déjà averti que la France risquait une rétrogradation si elle ne réduisait pas ses déficits à un rythme suffisant pour diminuer sa dette, ou si les intérêts d’emprunt dépassaient 5 % des recettes des administrations publiques. Comparée à ses voisins européens, la France affiche une dette et un déficit public supérieurs, la plaçant désormais au même niveau que l’Estonie ou la République tchèque, mais toujours mieux notée que l’Espagne.

Les autres grandes agences de notation, Moody’s et Fitch, n’ont pas encore suivi S&P dans cette révision à la baisse, maintenant respectivement leur note Aa2 et AA- pour la France. Les perspectives économiques du pays restent donc sous surveillance.




Nouveau commentaire :
Twitter

Le JDE promeut la liberté d'expression, dans le respect des personnes et des opinions. La rédaction du JDE se réserve le droit de supprimer, sans préavis, tout commentaire à caractère insultant, diffamatoire, péremptoire, ou commercial.

France | Mémoire des familles, généalogie, héraldique | International | Entreprises | Management | Lifestyle | Blogs de la rédaction | Divers | Native Advertising | Juris | Art & Culture | Prospective | Immobilier, Achats et Ethique des affaires | Intelligence et sécurité économique - "Les carnets de Vauban"



Les entretiens du JDE

Les Arpents du Soleil: un vignoble normand dans la cour des grands

Tarek El Kahodi, président de l'ONG LIFE : "Il faut savoir prendre de la hauteur pour être réellement efficace dans des situations d’urgence"

Jean-Marie Baron : "Le fils du Gouverneur"

Les irrégularisables

Les régularisables

Aude de Kerros : "L'Art caché enfin dévoilé"

Robert Salmon : « Voyages insolites en contrées spirituelles »

Antoine Arjakovsky : "Pour sortir de la guerre"











Rss
Twitter
Facebook