Journal de l'économie

Envoyer à un ami
Version imprimable

SNCF : 1 400 postes supprimés en 2016





Le 14 Décembre 2015, par

La SNCF va procéder à une réduction de ses effectifs en 2016. La direction de l’entreprise a confirmé l’information provenant d’une source syndicale : l’année prochaine, l’opérateur de transports va supprimer 1 400 postes nets.


© Shutterstock/EconomieMatin
© Shutterstock/EconomieMatin
À l’échelle du mastodonte qu’est la SNCF, cette coupe ne représente que 1% de ses effectifs. Et puisait ne s’agit pas de licenciements à proprement parler, mais plutôt de non renouvellement de postes : alors que les départs « naturels » seront d’environ 7 000 employés en 2016, la SNCF programme 5 400  embauches pour les remplacer.

Si l’on prend en compte les équivalent temps plein, on arrive effectivement à 1 400 postes supprimés. La SNCF, qui a réuni au 1er janvier sous un même toit ses activités de transport et celles de Réseau ferré de France, projette de générer un chiffre d’affaires de 34,1 milliards d’euros en 2016, des revenus en hausse de 8%.

Signe des temps, pour la première fois dans l’histoire de la société, les revenus tirés des activités des filiales privées dépassent celles de l’entreprise publique : 51% contre 49%. Les effectifs de l’entreprise n’ont pas cessé de fondre depuis 2003 : depuis cette année, ce sont plus de 25 000 départs qui n’ont pas été remplacés.


Journaliste spécialisé dans les nouvelles technologies, Olivier Sancerre est aussi versé dans... En savoir plus sur cet auteur

Tags : sncf

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Le JDE promeut la liberté d'expression, dans le respect des personnes et des opinions. La rédaction du JDE se réserve le droit de supprimer, sans préavis, tout commentaire à caractère insultant, diffamatoire, péremptoire, ou commercial.

France | International | Entreprises | Management | Lifestyle | Blogs de la rédaction | Divers | Native Advertising








Les entretiens du JDE

Les entretiens du JDE

La crise des gilets jaunes analysée par Eric Delbecque

Les gilets jaunes sont-ils populistes ? par Francois-Bernard Huyghe

Christian Aghroum : Gilets jaunes et mobilisation numérique

Philippe Schleiter: "faire réussir des choses extraordinaires par des gens ordinaires"

Gilles Imbert, groupe Interconstruction : « Les promoteurs indépendants sont obligés, plus que les autres, de tenir leurs engagements »

Loïk Le Floch-Prigent : « En finir avec le dérèglement industriel »

Florent Skrabacz, CEO de Shadline : « L’invisibilité des données est la clé de la résilience numérique »

Général Soubelet : « Traitons les vrais problèmes, ne poussons pas les Français à la révolte »









Rss
Twitter
Facebook