Journal de l'économie

Envoyer à un ami
Version imprimable

SNCF : la grève reconductible a été décidée par les syndicats





Le 16 Mars 2018, par

La réforme en profondeur de la SNCF n'allait pas se dérouler sans accrocs. Les syndicats se sont entendus pour mettre en œuvre une grève reconductible à compter du 3 avril, dans une formule originale.


La CGT, l'Unsa, la CFDT et SUD-rail, regroupés au sein d'une intersyndicale, vont appeler les salariés de la SNCF à une grève reconductible à compter du 3 avril et jusqu'au 28 juin, consistant à faire grève « 2 jours sur 5 ». Des jours qui ne seront pas les mêmes en fonction des semaines, ce qui va provoquer un sérieux casse-tête pour gérer les mouvements de la part de la direction. L'intersyndicale fait reposer la responsabilité du conflit social sur le gouvernement : « L'intersyndicale constate que le gouvernement n'a aucune volonté de négocier et prend la responsabilité d'un conflit intensif sur une très longue durée », constate la CGT Cheminots.

Les syndicats attendent du gouvernement une « ouverture », souligne la CFDT Cheminots. Si les autorités veulent éviter le mouvement, il leur revient « d'ouvrir des négociations », poursuit la centrale. La grève va donc s'étaler sur 36 jours, durant une période qui comprend les vacances de printemps ainsi que les ponts du mois de mai. Cette décision qui vise « manifestement à pénaliser les usagers », déplore Elisabeth Borne au micro de BFMTV. Devant les caméras de TF1, Guillaume Pepy, le président de la SNCF, a de son côté estimé que ce mouvement était une « mauvaise nouvelle », une « mauvaise chose pour les 4 millions et demi de Français qui prennent le train tous les jours ».

La direction de l'entreprise publique explique qu'elle prendra toutes les mesures possibles pour faciliter la vie des usagers : co-voiturage, bus, VTC, et affichage à 17h de la liste des trains qui circuleront le lendemain. 63% des Français jugent le mouvement « injustifié », selon un sondage Odoxa pour BFM Business, Challenges et Aviva.


Journaliste spécialisé dans les nouvelles technologies, Olivier Sancerre est aussi versé dans... En savoir plus sur cet auteur

Tags : SNCF

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Le JDE promeut la liberté d'expression, dans le respect des personnes et des opinions. La rédaction du JDE se réserve le droit de supprimer, sans préavis, tout commentaire à caractère insultant, diffamatoire, péremptoire, ou commercial.

France | International | Entreprises | Management | Lifestyle | Blogs de la rédaction | Divers | Native Advertising | Juris | Art market



Les entretiens du JDE

Les gilets jaunes sont-ils populistes ? par Francois-Bernard Huyghe

L’avenir de l’Europe passe par la Culture

Frédéric Pierucci : « Il y a une opportunité stratégique de rachat à GE de la branche nucléaire d’Alstom »

Guillaume Alvarez, vice-président senior de Steelcase : manager une entreprise mondialisée en France

Stéphane Roussel, COO de Vivendi et PDG de Gameloft : « Je me vois comme un dénicheur de talents »

La crise des gilets jaunes analysée par Eric Delbecque

Christian Aghroum : Gilets jaunes et mobilisation numérique

Philippe Schleiter: "faire réussir des choses extraordinaires par des gens ordinaires"








Opinion

Transition énergétique : arrêtez d’emmerder les français !

Transition énergétique : arrêtez d’emmerder les français !
Depuis des années, nous entendons parler de la fin du monde. Les gaz à effet de serre produits par les pays industriels aboutiraient à terme à la disparition de la vie sur terre. Il faudrait donc changer de mode de vie pour sauver la planète. On nous le répète à longueur de journée. Entre vivre et conduire, on choisit vite.

Jacques Debonsens











Rss
Twitter
Facebook