Journal de l'économie

Envoyer à un ami
Version imprimable

SNCF : la grève se poursuit lundi, Edouard Philippe ira « jusqu'au bout »





Le 8 Avril 2018, par

La grève à la SNCF se poursuit, avec un trafic qui s'annonce « très perturbé » pour ce lundi 9 avril. Néanmoins, le gouvernement veut tenir bon, Edouard Philippe ayant assuré qu'il irait « jusqu'au bout ».


Les syndicats de cheminots feront une fois encore grève ce lundi, respectant ainsi le calendrier d'un mouvement perlé (deux jours de grève tous les cinq jours) qui pourrait se poursuivre jusqu'à la fin du mois de juin. Ce lundi, la SNCF prévoit un taux de grève de 43% des personnels nécessaires pour faire rouler les trains (conducteurs, aiguilleurs, contrôleurs). C'est 5 points de moins que durant les 3 et 4 avril. Ce dimanche, le taux était de 35%. Il y aura du mieux sur les grandes lignes avec un TGV sur cinq, contre un sur huit la semaine dernière ; trois Eurostar sur quatre ; un TER sur trois ; et un train sur trois en moyenne sur le réseau Transilien.

Les perturbations devraient se poursuivre jusqu'à mardi 10 avril, 8 heures. Avant la prochaine salve prévue vendredi 13 et samedi 14 avril. Le Premier ministre a fait le point sur la situation dans les colonnes du Parisien. Il déplore une grève « conçue pour maximiser les nuisances pour les usagers ». Edouard Philippe assure également recevoir des « messages de Français qui soutiennent le gouvernement, en disant qu'il faut aller jusqu'au bout. Eh bien c'est ce que nous allons faire ». Il liste plusieurs sujets « non négociables » comme l'ouverture à la concurrence et la fin du recrutement au statut de cheminot. Pour le reste, il se dit « ouvert aux discussions pour parler des modalités ».

Optimiste, Edouard Philippe a bon espoir qu'à la fin, « on s'entende ». « J'entends la détermination de certaines organisations syndicales, mais qu'ils entendent bien la mienne aussi », explique-t-il aussi à l'endroit des organisations syndicales qui entendent poursuivre une grève dure, qui pourrait même aller au-delà du mois de juin d'après un responsable de la CGT. Le Premier ministre ne ferme pas la porte à une reprise de la dette de la SNCF, mais il demande au préalable une réorganisation de l'entreprise : pas question qu'elle continue de générer « 3 milliards d'euros de dette supplémentaire par an ».


Journaliste spécialisé dans les nouvelles technologies, Olivier Sancerre est aussi versé dans... En savoir plus sur cet auteur

Tags : SNCF

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Le JDE promeut la liberté d'expression, dans le respect des personnes et des opinions. La rédaction du JDE se réserve le droit de supprimer, sans préavis, tout commentaire à caractère insultant, diffamatoire, péremptoire, ou commercial.

France | International | Entreprises | Management | Lifestyle | Blogs de la rédaction | Divers | Native Advertising







Master Class

Master Class

Agriculture : le printemps européen du ministre Stéphane Travert

Olivier Maes, le monde comme territoire de marque.

Homelike Home, la Dream Team de la chasse immobilière en France

Mode : la vraie révolution digitale a juste démarré

Les enjeux de la délégation de pouvoirs

Risque Amiante : le point sur les nouvelles obligations avec SET Environnement

Philippe Schleiter: "faire réussir des choses extraordinaires par des gens ordinaires"

Clarifier sa stratégie pour réussir sa transformation digitale
















Rss
Twitter
Facebook