Journal de l'économie

Envoyer à un ami
Version imprimable

Salarié du privé et élu local : la loi qui fâche





Le 8 Avril 2015, par

Une nouvelle loi votée en toute discrétion le 31 mars donne de nouveaux droits jugés abusifs aux salariés du privé tenté par l’aventure électorale. Au grand dam des patrons, notamment de PME, qui estiment abusifs les facilités offertes à leurs salariés.


(c) Shutterstock/EconomieMatin
(c) Shutterstock/EconomieMatin
Améliorer la représentativité de la population dans les assemblées locales : tel était l’objectif de cette loi votée fin mars. Alors que les mandats locaux sont surtout occupés par des professions libérales ou des fonctionnaires, cette note d’intention est évidemment plus que louable : plus de diversité des profils au sein des représentations locales.

Mais parmi les dispositions de cette loi, plusieurs heurtent les patrons de PME. Parmi celles-ci, on trouve ainsi le doublement de la durée des indemnisation des élus après la fin de leur mandat, une manière d’attirer les salariés du privé. Les élus de communes de plus de 10 000 habitants jouissent aussi d’un droit à réintégration jusqu’à l’expiration de deux mandats consécutifs.

Dans les faits, cette mesure permet à un salarié de retrouver son emploi dans les douze années de ses deux mandats. De quoi poser de sérieux problèmes d’organisation car durant cette période, il est à peu près certain que le poste privé de l’élu aura évolué.

L’autre disposition qui pose problème est le statut de salarié protégé des salariés-élus. Cela en fait des équivalents des syndicalistes, même si leur travail d’élu local ne s’exerce évidemment pas dans l’entreprise. Pas facile à gérer en cas de conflit du travail… C’est pourquoi la CGPME, en pointe dans cette affaire, réclame le retrait de la loi.


Journaliste spécialisé dans les nouvelles technologies, Olivier Sancerre est aussi versé dans... En savoir plus sur cet auteur

Tags : élections

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Le JDE promeut la liberté d'expression, dans le respect des personnes et des opinions. La rédaction du JDE se réserve le droit de supprimer, sans préavis, tout commentaire à caractère insultant, diffamatoire, péremptoire, ou commercial.

France | International | Entreprises | Management | Lifestyle | Blogs de la rédaction | Divers | Native Advertising | Juris | Art & Marché | Billets d'humeur | Industrie immobilière



Les entretiens du JDE

​Droite-gauche : la fin d’une époque ?

Laurence Gilardo, déléguée syndicale SNTA/FO du groupe Casino : « les salariés comme les syndicats du groupe Casino doivent resserrer les rangs »

« Dans les échanges économiques entre les entreprises, la professionnalisation et l’éthique sont indissociables de la fonction achat », Bruno Crescent, ancien directeur des achats d’EDF

Pierre Bergounioux : « Les gouvernements, de droite comme de gauche, ont accompli le tour de force, depuis un demi-siècle, de ne rien changer à l’ordre des choses »

Marc Lazar : « La peuplecratie, c’est l’idée que la souveraineté du peuple est sans limites ».

Guillemette Devernois : « Maladies rares : Il faut s’emparer des avancées de la recherche scientifique »

« Appel à la guérilla mondiale »

Nicolas Pham, cofondateur de Beaubleu : « la Maison aux aiguilles rondes »










Rss
Twitter
Facebook