Journal de l'économie

Envoyer à un ami
Version imprimable

Sans surprise, le commerce en ligne a fortement progressé en 2020





Le 22 Mars 2021, par François Lapierre

Les Français se sont massivement tournés vers le commerce en ligne l'an dernier, en raison des confinements, du couvre-feu et des magasins fermés. L'ensemble du secteur a connu une hausse de son chiffre d'affaires, mais Amazon y a laissé quelques plumes.


Les Français adeptes du e-commerce

Les entreprises du e-commerce ont connu une hausse substantielle de leurs ventes en 2020. Selon des chiffres Kantar partagés par la publication spécialisée LSA, l'ensemble du marché a enregistré un bond du chiffre d'affaires de 24 %. Le volume des ventes s'établit à 43 milliards d'euros. Tous les vendeurs ont profité de ce regain d'intérêt de la part de consommateurs qui n'ont parfois pas eu d'autre choix pour acheter des biens : le confinement du printemps puis celui de novembre ont forcé la fermeture de commerces non essentiels. Et le couvre-feu à 18 h force bon nombre de Français à commander en ligne.

Dans ce contexte, Amazon n'a finalement pas tellement brillé. Le géant américain du commerce en ligne est certes toujours premier en France avec 19 % de part de marché (Cdiscount est un lointain second) et un chiffre d'affaires en progression de 7 %, à 8,29 milliards d'euros. Mais Amazon a perdu 3 points de parts de marché par rapport à 2019. Ce recul relatif est le résultat de deux tendances, selon l'étude de Kantar.

Amazon en retrait de la croissance du marché

D'une part, la concurrence est beaucoup plus vive. De nombreux commerces ont dû mettre en place, parfois en catastrophe, une offre en ligne afin de maintenir un semblant d'activité. Par ailleurs, le « click and collect » s'est démocratisé à grande vitesse pour les commerces de proximité. Or, Amazon est incapable de proposer quelque chose de semblable. D'autre part, la campagne menée contre le leader du e-commerce, y compris par des hommes et des femmes politiques, a pu jouer en défaveur d'Amazon.

L'image d'Amazon s'est ternie l'an dernier en raison de la vente de produits jugés non essentiels durant le premier confinement (comme des livres), ainsi que par les affaires concernant la santé des employés s'étant soldées par des fermetures d'entrepôts. Au vu de ces conditions, il n'est guère étonnant qu'Amazon n'ait pas enregistré une aussi bonne performance que le reste du marché.




Nouveau commentaire :
Twitter

Le JDE promeut la liberté d'expression, dans le respect des personnes et des opinions. La rédaction du JDE se réserve le droit de supprimer, sans préavis, tout commentaire à caractère insultant, diffamatoire, péremptoire, ou commercial.

France | International | Entreprises | Management | Lifestyle | Blogs de la rédaction | Divers | Native Advertising | Juris | Art & Culture | Prospective | Industrie immobilière | Intelligence et sécurité économique - "Les carnets de Vauban"













Rss
Twitter
Facebook