Journal de l'économie

Envoyer à un ami
Version imprimable

Sephora interdit d'ouverture nocturne sur les Champs Élysées





Le 26 Septembre 2014, par

Le recours au travail nocturne ne saurait être « inhérent à l'activité » de Sephora, a estimé la Cour de cassation dans un arrêt qui fait figure d'épilogue dans cette bataille qui met aux prises d'un côté le parfumeur et des salariés favorables au travail de nuit, et les syndicats qui s'y opposaient.


(c) Shutterstock/EconomieMatin
(c) Shutterstock/EconomieMatin
La Cour de cassation donne donc raison aux syndicats qui soutenaient que le magasin Sephora sur les Champs Élysées devait fermer à 21h. Depuis un an, le parfumeur contestait la décision du 23 septembre 2013 qui l'obligeait à la fermeture de sa boutique de prestige. Celle-ci était même de nature à mettre en danger les contrats de ses salariés, dont quelques uns souhaitaient travailler de nuit.
 
Ces derniers ont été déboutés de leur demande de travailler au delà de 21h. Après le refus de la justice, Sephora a décidé de se pourvoir en cassation. Le distributeur de parfums et de produits de beauté est allé de déception en déconvenues dans ce dossier, avec début avril une décision du Conseil constitutionnel interdisant la franchise d'ouvrir après 21h.
 
La loi est claire : le travail nocturne, de 21h à 6h, doit rester exceptionnel, et uniquement justifié par la nécessité d'assurer la continuité de l'activité économique ou des services d'utilité sociale. La Cour de cassation n'a fait que confirmer la règle, qui a estimé que l'ouverture après 21h n'avait pas de justification économique.


Journaliste spécialisé dans les nouvelles technologies, Olivier Sancerre est aussi versé dans... En savoir plus sur cet auteur


Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Le JDE promeut la liberté d'expression, dans le respect des personnes et des opinions. La rédaction du JDE se réserve le droit de supprimer, sans préavis, tout commentaire à caractère insultant, diffamatoire, péremptoire, ou commercial.

France | International | Entreprises | Management | Lifestyle | Blogs de la rédaction | Divers | Native Advertising









Les entretiens du JDE

Les entretiens du JDE

Stéphane Roussel, COO de Vivendi et PDG de Gameloft : « Je me vois comme un dénicheur de talents »

La crise des gilets jaunes analysée par Eric Delbecque

Les gilets jaunes sont-ils populistes ? par Francois-Bernard Huyghe

Christian Aghroum : Gilets jaunes et mobilisation numérique

Philippe Schleiter: "faire réussir des choses extraordinaires par des gens ordinaires"

Gilles Imbert, groupe Interconstruction : « Les promoteurs indépendants sont obligés, plus que les autres, de tenir leurs engagements »

Loïk Le Floch-Prigent : « En finir avec le dérèglement industriel »

Florent Skrabacz, CEO de Shadline : « L’invisibilité des données est la clé de la résilience numérique »









Rss
Twitter
Facebook