Journal de l'économie

Envoyer à un ami
Version imprimable

Six salariés sur dix favorables à la semaine de quatre jours





Le 30 Mai 2019, par Paul Malo

Les salariés français sont largement majoritaires à préférer concentrer leur temps de travail sur quatre jours, avec le même salaire.


Un meilleur équilibre entre vie professionnelle et vie privée

Quatre jours à travailler plus, trois à se reposer ? C’est ce que souhaiteraient 83% des Français sondés par l’éditeur de paie ADP. En sus de cela, les 17% restants se disent prêts à conserver leur horaire quotidien, quitte à réduire leur salaire au passage. Les Français sont sur ce point en accord avec leurs voisins : en Espagne (63%), au Royaume-Uni (61%) comme aux Pays-Bas (61%), l’idée est tout aussi populaire.

Et pourquoi pas ? Tout le monde n’est pas fait pour cela pour autant. Ce sont en fait les personnes se trouvant en milieu de carrière,  âgées de 35 à 44 ans, qui approuvent à 62% la semaine de quatre jours. Une façon selon de réduire le stress tout en restant aussi productif, et surtout d’obtenir un meilleur équilibre entre la vie professionnelle et la vie privée, pour eux comme pour leurs enfants.




 




Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Le JDE promeut la liberté d'expression, dans le respect des personnes et des opinions. La rédaction du JDE se réserve le droit de supprimer, sans préavis, tout commentaire à caractère insultant, diffamatoire, péremptoire, ou commercial.

France | International | Entreprises | Management | Lifestyle | Blogs de la rédaction | Divers | Native Advertising | Juris | Art & Marché | Prospective | Industrie immobilière | Intelligence et sécurité économique - "Les carnets de Vauban"




Les entretiens du JDE

Madelin ou domino ?

L’esprit guerrier des soignants nous sauvera,

Pourrons-nous compter sur les banques ?

#Polanski : l’humiliation de Polanski dessert les femmes !

L’immédiateté et la viralité de l’information ont provoqué des changements radicaux dans nos comportements

Pourquoi l’éco sera pire que le franc CFA.

Alexis Duval, Tereos : « l’avenir de l’industrie sucrière européenne passe par une stratégie internationale »

Nous avons souhaité créer un magazine africain réellement indépendant












Rss
Twitter
Facebook