Journal de l'économie

Envoyer à un ami
Version imprimable

Soupçons de corruption pour l’attribution du Mondial 2022 au Qatar





Le 2 Juin 2014, par

La question de l’attribution de la Coupe du Monde 2022 au Qatar continue de faire débat. Alors que le président de la Fifa, Joseph Blatter, a déclaré que cette attribution était une « erreur », notamment au niveau footballistique car il fait très (trop ?) chaud dans le pays pour les joueurs, voilà qu’un nouveau scandale vient de faire son apparition. Une nouvelle fois le Qatar est soupçonné de corruption.


cc/flickr/AslanMedia
cc/flickr/AslanMedia
C’est le journal britannique The Sunday Times qui dévoile cette information qui devrait alimenter encore un peu plus les critiques concernant l’organisation par le Qatar de la Coupe du Monde de Football de 2022. Selon le journal, qui aurait des documents pour prouver ce qu’il avance, quelques 5 millions de dollars auraient été versés en pot de vin par le Qatar aux représentants du football international. Le vote de désignation du pays hôte aurait donc été faussé.

Dans le détail, celui qui aurait corrompu les autres représentants serait Mohammed Bin Hammam, membre exécutif de la Fifa pour le Qatar et président de la Confédération de football asiatique. Via des caisses noires il aurait réalisé des virements sur les comptes d’autres représentants, notamment de près d’une trentaine d’associations de football africaines. Ces comptes, selon le Sunday Times, auraient été contrôlés par les présidents de ces associations.

Mais alors que les virements « africains » de ce scandale atteignaient la somme de 200 000 dollars, il semblerait que le plus grand bénéficiaire de pots de vin aurait été Jack Warner, ancien président de la Confédération de football d’Amérique du Nord, la Concacaf. Il aurait touché 450 000 dollars quelques jours avant le vote définitif pour l’attribution de l’organisation du mondial et, selon les révélations faites en avril 2014 par le Daily Telegraph, 1,46 million de dollars auraient été versés à lui et sa famille par une entreprise qatari contrôlée par Mohammed Bin Hammam.

Ce nouveau scandale entache donc un peu plus un Mondial qui fait déjà polémique pour de nombreuses raisons. A noter que Mohammed Bin Hammam a été, en 2012, suspendu à vie par le comité d’éthique de la Fifa pour des faits de corruption qui pourraient donc être, finalement, plus graves que ce que l’on pensait.


Paolo Garoscio
Après son diplôme de Master en Philosophie du Langage, Paolo Garoscio a décidé de se tourner vers... En savoir plus sur cet auteur


Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Le JDE promeut la liberté d'expression, dans le respect des personnes et des opinions. La rédaction du JDE se réserve le droit de supprimer, sans préavis, tout commentaire à caractère insultant, diffamatoire, péremptoire, ou commercial.

France | International | Entreprises | Management | Lifestyle | Blogs de la rédaction | Divers | Native Advertising








Les entretiens du JDE

Les entretiens du JDE

Christian Aghroum : Gilets jaunes et mobilisation numérique

Philippe Schleiter: "faire réussir des choses extraordinaires par des gens ordinaires"

Gilles Imbert, groupe Interconstruction : « Les promoteurs indépendants sont obligés, plus que les autres, de tenir leurs engagements »

Loïk Le Floch-Prigent : « En finir avec le dérèglement industriel »

Florent Skrabacz, CEO de Shadline : « L’invisibilité des données est la clé de la résilience numérique »

Général Soubelet : « Traitons les vrais problèmes, ne poussons pas les Français à la révolte »

Entretien avec Ignacio de la Torre : "Nous vivons le début de la fin de « l’argent bon marché » !"

Fabrice Lépine, DG de Wonderbox : "Nos partenaires sont les premiers ambassadeurs de notre marque"









Rss
Twitter
Facebook