Journal de l'économie

Envoyer à un ami
Version imprimable

Spotify renonce à se lancer en Russie





Le 2 Février 2015, par

La situation de crise en Russie, issue en grande partie de la volonté de Vladimir Poutine d'annexer l'Ukraine contre sa volonté, entraîne plusieurs problèmes. D'une part financiers, avec les diverses sanctions que les Etats de l'Ouest infligent au pays, mais également au niveau des entreprises. Après des problèmes de prix sur les applications Apple, voilà que Spotify, le service de streaming musical, annonce son intention de ne plus se lancer dans le pays.


shutterstock/economiematin
shutterstock/economiematin
Le lancement était quasiment fait et s'insérait dans la stratégie de Spotify de conquérir encore plus de marchés. Déjà présent dans 58 pays dans le monde avec son service de streaming musical illimité, Spotify est en pleine croissance. Mais l'instabilité russe a eu raison de ce projet.

C'est celui qui devait être à la tête de Spotify Russie, Alexander Kubaneishvili, qui annonce cette nouvelle et qui a dû l'annoncer aux divers partenaires du service dans le pays. Spotify "renonce à se lancer en Russie dans un avenir proche" a-t-il déclaré dans une lettre. Une décision que le groupe suédois justifie par "la crise économique, la situation politique et les nouvelles lois concernant Internet".

En effet la situation ukrainienne et la spirale déflationniste dans laquelle est plongée la Russie après la chute du rouble ne laisse présager rien de bon pour la Russie. L'agence Standar & Poor's a même baissé la note de la dette russe au niveau spéculatif.

Autre problème pour Spotify : le piratage très présent en Russie. Plusieurs Major se battent en effet contre divers sites et notamment le réseau social vKonkarte. Et ce piratage se ressent dans les gains du secteur musical, la Russie n'étant même pas dans les 20 premiers pays du monde en termes de dépenses musicales.


Paolo Garoscio
Après son diplôme de Master en Philosophie du Langage, Paolo Garoscio a décidé de se tourner vers... En savoir plus sur cet auteur



1.Posté par Lio le 02/02/2015 22:39 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
"issue en grande partie de la volonté de Vladimir Poutine d'annexer l'Ukraine contre sa volonté"

Soit vous n'avez rien compris, soit vous êtes un grand démagogue!

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Le JDE promeut la liberté d'expression, dans le respect des personnes et des opinions. La rédaction du JDE se réserve le droit de supprimer, sans préavis, tout commentaire à caractère insultant, diffamatoire, péremptoire, ou commercial.

France | International | Entreprises | Management | Lifestyle | Blogs de la rédaction | Divers | Native Advertising | Juris | Art & Marché | Billets d'humeur | Industrie immobilière



Les entretiens du JDE

Frederic Buisson, délégué syndical Groupe adjoint CFE – CGC du groupe Casino : "Casino conserve un temps d’avance par rapport à la concurrence"

François Bertauld, PDG de Médiane Système : "Aujourd’hui les entreprises de services du numérique sont devenues un soutien essentiel à l’innovation industrielle."

Justine Huiwen ZHANG : "Mieux comprendre la Chine"

Bernard Attali : "Un vent de violence"

Guerre économique : « c’est un leadership mondial qui se joue »

​Droite-gauche : la fin d’une époque ?

Laurence Gilardo, déléguée syndicale SNTA/FO du groupe Casino : « les salariés comme les syndicats du groupe Casino doivent resserrer les rangs »

« Dans les échanges économiques entre les entreprises, la professionnalisation et l’éthique sont indissociables de la fonction achat », Bruno Crescent, ancien directeur des achats d’EDF










Rss
Twitter
Facebook