Journal de l'économie

Envoyer à un ami
Version imprimable

Tabac : des prix en baisse pour certaines marques de cigarettes





Le 2 Mai 2022, par Olivier Sancerre

Malgré une inflation qui flirte avec les 5% et une fiscalité toujours aussi importante, certains paquets de cigarettes coûtent moins chers depuis le 1er mai. Des baisses de 10 à 20 centimes pour des marques aussi populaires que Lucky Strike, Peter Stuyvesant ou encore Vogue.


Baisse inattendue des prix des cigarettes

Depuis le 1er mai, les fumeurs paient un peu moins cher leurs paquets de cigarettes préférés. Des baisses de prix qui vont de 10 à 20 centimes en fonction des marques : des Lucky Strike à 10 ou 9,90 euros au lieu de 10 à 10,20 euros. La marque Peter Stuyvesant passe à 10,50 euros au lieu de 10,60 euros… Pourtant, la fiscalité du tabac (80% du prix du paquet sont des taxes) n'a pas baissé, et l'inflation touche aussi les fabricants de cigarettes.

Dès lors, comment expliquer cette baisse des prix sur les paquets de cigarettes ? Selon British American Tobacco, un des principaux acteurs du marché, les prix ont baissé pour des raisons de stratégie marketing, explique le groupe au Parisien. Autrement dit, les fabricants ont pris sur leurs marges pour faire baisser les tarifs de leurs cigarettes. Les importations de tabac en France ayant baissé de 6,4% au premier trimestre, les entreprises se doivent donc de dynamiser la demande.

Réflexe de survie

Une demande qui pourrait d'ailleurs encore baisser en raison de l'inflation qui pèse sur le pouvoir d'achat de tous les consommateurs, et donc aussi des fumeurs. Au vu de la hausse des prix à la consommation, ces derniers pourraient finalement arbitrer à l'encontre des cigarettes… Baisser les prix est donc un réflexe de survie pour le marché.

D'autres explications peuvent cependant être avancées. La contrefaçon, très active, est en pleine expansion en France et les fabricants doivent répliquer sur le terrain des prix. Selon un rapport parlementaire, les cigarettes contrefaites (et possiblement encore plus dangereuses pour la santé que les vraies cigarettes) représentent jusqu'à 17% du tabac consommé dans l'Hexagone. Cela représente un manque à gagner pour les acteurs légitimes du secteur, mais aussi pour les caisses de l'État : les pertes dues à la contrefaçon sont estimées entre 2,5 et 3 milliards d'euros.



Tags : tabac

Nouveau commentaire :
Twitter

Le JDE promeut la liberté d'expression, dans le respect des personnes et des opinions. La rédaction du JDE se réserve le droit de supprimer, sans préavis, tout commentaire à caractère insultant, diffamatoire, péremptoire, ou commercial.

France | International | Entreprises | Management | Lifestyle | Blogs de la rédaction | Divers | Native Advertising | Juris | Art & Culture | Prospective | Industrie immobilière | Intelligence et sécurité économique - "Les carnets de Vauban"













Rss
Twitter
Facebook