Journal de l'économie

Envoyer à un ami
Version imprimable

Tata Motors pourrait cesser la production de la voiture la moins chère du monde





Le 29 Janvier 2019, par

La voiture « la moins chère » ne fait pas recette. Le constructeur indien Tata Motors pourrait arrêter les frais et cesser de produire la Tata Nano.


Le géant industriel indien nourrissait une grande ambition avec sa Nano. Lancée en grande pompe en 2009, la petite voiture affichait un petit prix de 1 500 euros. L’objectif était de répondre aux demandes d’une clientèle indienne peu fortunée, recherchant un véhicule à quatre roues pour remplacer les traditionnelles motos. Un pari qui aurait pu bouleverser en profondeur le mode de transport de millions d’Indiens de la classe moyenne. Malheureusement pour l’entreprise, le succès n’a pas été au rendez-vous. La Nano s’est révélée soit trop chère, soit pas assez équipée selon sa position dans l’échelle sociale du pays. 

Mal positionnée, la Nano a de plus connu un démarrage difficile : plusieurs modèles ont en effet subi des incendies largement médiatisés. Tata a corrigé le tir, mais l’image de marque en a pris un coup. Et puis la petite citadine ne brillait guère dans les tests d’impact et de sécurité. L’industriel conservait tout de même sa confiance dans la Nano, en lançant même une version destinée aux marchés européens — plus chère, mais mieux équipée et répondant aux normes de sécurité plus élevées du vieux continent.

Malgré ce soutien sans failles pendant toutes ces années, Tata Motors pourrait bien arrêter les frais. Le groupe envisage en effet d’arrêter la production et la commercialisation de la voiture à partir du mois d’avril. Une décision sera prise prochainement, mais la mise en route de nouvelles normes anti-pollution nécessitant de lourds investissements pourrait bien sceller définitivement le sort de la Nano.


Journaliste spécialisé dans les nouvelles technologies, Olivier Sancerre est aussi versé dans... En savoir plus sur cet auteur

Tags : automobile

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Le JDE promeut la liberté d'expression, dans le respect des personnes et des opinions. La rédaction du JDE se réserve le droit de supprimer, sans préavis, tout commentaire à caractère insultant, diffamatoire, péremptoire, ou commercial.

France | International | Entreprises | Management | Lifestyle | Blogs de la rédaction | Divers | Native Advertising | Juris | Art & Marché | Billets d'humeur | Industrie immobilière



Les entretiens du JDE

Frederic Buisson, délégué syndical Groupe adjoint CFE – CGC du groupe Casino : "Casino conserve un temps d’avance par rapport à la concurrence"

François Bertauld, PDG de Médiane Système : "Aujourd’hui les entreprises de services du numérique sont devenues un soutien essentiel à l’innovation industrielle."

Justine Huiwen ZHANG : "Mieux comprendre la Chine"

Bernard Attali : "Un vent de violence"

Guerre économique : « c’est un leadership mondial qui se joue »

​Droite-gauche : la fin d’une époque ?

Laurence Gilardo, déléguée syndicale SNTA/FO du groupe Casino : « les salariés comme les syndicats du groupe Casino doivent resserrer les rangs »

« Dans les échanges économiques entre les entreprises, la professionnalisation et l’éthique sont indissociables de la fonction achat », Bruno Crescent, ancien directeur des achats d’EDF










Rss
Twitter
Facebook