Journal de l'économie

Envoyer à un ami
Version imprimable

Taxe de séjour en forte hausse, les hôteliers vent debout





Le 2 Octobre 2023, par La rédaction

L'industrie hôtelière en Île-de-France est en ébullition suite à l'annonce d'une forte augmentation de la taxe de séjour. Celle-ci est censée financer les transports publics, mais les professionnels du secteur estiment que cela nuira considérablement à leur compétitivité.


Mauvaise surprise pour le secteur hôtelier

Un accord a été passé entre la présidence d'Île-de-France Mobilités (IDFM), Valérie Pécresse, et le ministre délégué aux Transports, Clément Beaune. Celui-ci stipule la mise en place, au 1er janvier 2024, d'une « taxe additionnelle à la taxe de séjour perçue dans la région Île-de-France ». Le taux de cette taxe additionnelle pourrait atteindre 200%, ce qui signifie un triplement du montant actuel. À l'heure actuelle, la taxe de séjour à Paris s'étend de 0,25 euro pour les campings modestes à 5 euros pour les palaces, par nuit et par personne.

L'Union des métiers et des industries de l'hôtellerie (Umih) et le Groupement national des chaînes hôtelières (GNC) déclarent que si cette hausse se concrétise, « Paris deviendrait de loin la capitale la plus lourdement taxée en Europe devant Rome, Bruxelles, Berlin, Athènes, Madrid et Londres ». Ils ajoutent que cette mesure serait une « médaille d'or de la fiscalité » pour Paris et sa région, et ce, avant même l'ouverture des Jeux olympiques de 2024.

Répercussions sur le secteur hôtelier

Le secteur hôtelier est particulièrement inquiet car cette hausse affecterait la compétitivité du tourisme en Île-de-France, première région touristique de France. Selon les organisations professionnelles, cette décision a été « prise sans concertation avec les représentants de l'hôtellerie-restauration ». Véronique Siegel, la présidente de l'Umih, dénonce un « matraquage fiscal qui va durablement impacter la compétitivité de nos entreprises ».

L'Umih et le GNC suggèrent d'autres voies pour le financement des transports publics, telles que la mise à contribution des logements et bureaux vacants. Le Groupement des hôtelleries et restaurations de France (GHR) ajoute que cette nouvelle hausse de taxe « vient franchement mettre à mal la compétitivité de l'hôtellerie parisienne et francilienne ». Ils indiquent également que le coût du travail dans le secteur hôtelier est déjà important, avec « plus de 40% du chiffre d'affaires consacré à la masse salariale ».



Tags : hôtellerie

Nouveau commentaire :
Twitter

Le JDE promeut la liberté d'expression, dans le respect des personnes et des opinions. La rédaction du JDE se réserve le droit de supprimer, sans préavis, tout commentaire à caractère insultant, diffamatoire, péremptoire, ou commercial.

France | International | Mémoire des familles, généalogie, héraldique | Entreprises | Management | Lifestyle | Blogs de la rédaction | Divers | Native Advertising | Juris | Art & Culture | Prospective | Immobilier, Achats et Ethique des affaires | Intelligence et sécurité économique - "Les carnets de Vauban"



Les entretiens du JDE

Tarek El Kahodi, président de l'ONG LIFE : "L’environnement est un sujet humanitaire quand on parle d’accès à l’eau" (2/2)

Tarek El Kahodi, président de l'ONG LIFE : "Il faut savoir prendre de la hauteur pour être réellement efficace dans des situations d’urgence" (1/2)

Jean-Marie Baron : "Le fils du Gouverneur"

Les irrégularisables

Les régularisables

Aude de Kerros : "L'Art caché enfin dévoilé"

Robert Salmon : « Voyages insolites en contrées spirituelles »

Antoine Arjakovsky : "Pour sortir de la guerre"













Rss
Twitter
Facebook