Journal de l'économie

Envoyer à un ami
Version imprimable

Telecom Italia s’enfonce dans les difficultés





Le 11 Novembre 2018, par

Les difficultés s’accumulent pour Telecom Italie (TIM), qui a beaucoup souffert au troisième trimestre. Les objectifs pour l’année 2018 ne seront pas atteints.


L’opérateur italien a accusé un recul de 4,9% de son chiffre d’affaires au troisième trimestre ; il s’est élevé à 4,66 milliards d’euros. Le groupe télécoms a essuyé une perte de 1,4 milliard d’euro entre juillet et fin septembre, alors qu’il avait engrangé des bénéfices de 437 millions durant la même période l’année passée. Et ce n’est guère plus reluisant si on fait les comptes depuis le début de l’année : TIM affiche des pertes de 868 millions d’euros, contre 1,03 milliard de bénéfices sur l’ensemble de 2017.

Une des raisons qui expliquent cette mauvaise passe trimestrielle est la dévaluation d’actifs d’un montant de 2 milliards d’euros. Une opération réalisée sous la pression d’une concurrence accrue : le français Iliad (qui opère Free et Free Mobile) s’est lancé en Italie au printemps, avec visiblement un certain succès avec ses forfaits à prix cassé. De quoi contrarier les « tendances positives précédentes », comme le déplore le directeur général de Telecom Italia, Amos Genish. Et les difficultés ne vont pas s’arrêter là : l’opérateur doit également signer le chèque de 2,4 milliards d’euros pour les fréquences 5G… Une somme bien supérieure aux prévisions.

Sur un plan plus positif, la dette du groupe s’établit à 25,2 milliards d’euros, un chiffre en baisse d’un milliard sur un an. Pas de quoi rassurer Vivendi, qui détient 24% du capital de TIM : la holding française se dit « extrêmement préoccupé par la dégradation des résultats et par la chute du cours de Bourse ». L’action de Telecom Italia a perdu près de 40% depuis début mai et la prise de contrôle de l’entreprise par Elliott, un fonds américain. Vivendi n’exclut pas de convoquer une nouvelle assemblée générale afin de remanier le conseil d’administration de TIM.


Journaliste spécialisé dans les nouvelles technologies, Olivier Sancerre est aussi versé dans... En savoir plus sur cet auteur


Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Le JDE promeut la liberté d'expression, dans le respect des personnes et des opinions. La rédaction du JDE se réserve le droit de supprimer, sans préavis, tout commentaire à caractère insultant, diffamatoire, péremptoire, ou commercial.

France | International | Entreprises | Management | Lifestyle | Blogs de la rédaction | Divers | Native Advertising | Juris | Art & Marché | Billets d'humeur | Industrie immobilière



Les entretiens du JDE

Frederic Buisson, délégué syndical Groupe adjoint CFE – CGC du groupe Casino : "Casino conserve un temps d’avance par rapport à la concurrence"

François Bertauld, PDG de Médiane Système : "Aujourd’hui les entreprises de services du numérique sont devenues un soutien essentiel à l’innovation industrielle."

Justine Huiwen ZHANG : "Mieux comprendre la Chine"

Bernard Attali : "Un vent de violence"

Guerre économique : « c’est un leadership mondial qui se joue »

​Droite-gauche : la fin d’une époque ?

Laurence Gilardo, déléguée syndicale SNTA/FO du groupe Casino : « les salariés comme les syndicats du groupe Casino doivent resserrer les rangs »

« Dans les échanges économiques entre les entreprises, la professionnalisation et l’éthique sont indissociables de la fonction achat », Bruno Crescent, ancien directeur des achats d’EDF










Rss
Twitter
Facebook