Journal de l'économie

Envoyer à un ami
Version imprimable

Thomson veut se relancer sur le marché de l’informatique





Le 29 Mai 2015, par

Thomson est de retour ! La marque française d’informatique, qui avait équipé les écoles et les foyers dans les années 80, a été relancée par un entrepreneur bien décidé à faire son trou sur ce marché hautement concurrentiel.


© Shutterstock/EconomieMatin
© Shutterstock/EconomieMatin
Il y a deux ans, Stéphan Français a acheté à Technicolor, détenteur de la marque, une licence pour Thomson. Le nouveau constructeur n’a pas perdu de temps en lançant un mini PC, le Nuc : ce petit ordinateur dispose de tout le nécessaire pour lui assurer une bonne polyvalence, à un prix qui débute à 359 euros.

Pour faire la différence, Thomson mise sur la qualité des composants et les finitions. Il fait appel, à 85%, à Samsung qui lui fournit puces et mémoire, tandis que l’assemblage final se déroule en France, à Noisy-Le-Sec. L’entreprise compte d’ores et déjà une quarantaine de salariés. Un pari très ambitieux quand toutes les grandes marques d’électronique font produire en Asie, en Chine surtout, à des prix très bas. 

Mais Thomson a bien l’intention de continuer à relocaliser la production de ses ordinateurs et pour ce faire, mise sur les produits connectés : le constructeur a ainsi dévoilé une gamme de montres connectées dont les prix débutent à 99 euros.


Journaliste spécialisé dans les nouvelles technologies, Olivier Sancerre est aussi versé dans... En savoir plus sur cet auteur

Tags : thomson

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Le JDE promeut la liberté d'expression, dans le respect des personnes et des opinions. La rédaction du JDE se réserve le droit de supprimer, sans préavis, tout commentaire à caractère insultant, diffamatoire, péremptoire, ou commercial.

France | International | Entreprises | Management | Lifestyle | Blogs de la rédaction | Divers | Native Advertising







Les entretiens du JDE

Les entretiens du JDE

Entretien avec Ignacio de la Torre : "Nous vivons le début de la fin de « l’argent bon marché » !"

Fabrice Lépine, DG de Wonderbox : "Nos partenaires sont les premiers ambassadeurs de notre marque"

Vincent Stellian, président de Quietalis : « Nos clients et nos partenaires nous font confiance parce que nous sommes indépendants »

Citelum veut "prolonger la vie au-delà de la tombée de la nuit." Jean-Daniel Le Gall, directeur général adjoint.

Agriculture : le printemps européen du ministre Stéphane Travert

Olivier Maes, le monde comme territoire de marque.

Homelike Home, la Dream Team de la chasse immobilière en France

Mode : la vraie révolution digitale a juste démarré
















Rss
Twitter
Facebook