Journal de l'économie

Envoyer à un ami
Version imprimable

Total et Engie dans l'expectative en Iran





Le 21 Mai 2018, par

Les conséquences économiques du retrait des États-Unis de l'accord sur le nucléaire iranien ne se sont pas fait attendre pour les entreprises françaises engagées dans le pays.


Plusieurs entreprises françaises ont en effet décidé de cesser leurs activités iraniennes suite à l'annonce de Donald Trump. Le pays a réactivé les sanctions contre les entreprises qui continueraient d'investir en Iran tout en exerçant leurs activités aux États-Unis. L'administration Trump a assorti cette interdiction par un délai de grâce de 180 jours pour permettre aux entreprises de se retirer. Ce sera le cas d'Engie, qui mettra fin à ses contrats d'ici le mois de novembre. Le géant français de l'énergie n'a pas d'infrastructures à proprement parler, seulement des équipes qui travaillent avec des clients iraniens.

Total a de son côté annoncé la fin de son important projet gazier, si l'entreprise n'obtenait pas de dérogation de la part des États-Unis. C'est un des enjeux des négociations entre les dirigeants européens et américains, ces derniers ayant laissé ouvert la porte à des dérogations. Mais l'incertitude qui pèse sur ces discussions ne sont pas de nature à rassurer les grands groupes sur leurs investissements en Iran.

Total et Engie ne sont pas les seules entreprises qui ont souhaité s'impliquer en Iran après la signature de l'accord, en 2015. Airbus, PSA et Renault ont eux aussi des investissements iraniens… La Commission européenne a activé une « loi de blocage » la semaine dernière pour limiter les effets des sanctions américaines pour les PME, mais ce sera sans doute insuffisant pour ces grandes entreprises qui ont besoin de garanties. Du côté de l'Iran, on attend beaucoup des Européens pour pérenniser l'accord…


Journaliste spécialisé dans les nouvelles technologies, Olivier Sancerre est aussi versé dans... En savoir plus sur cet auteur

Tags : iran

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Le JDE promeut la liberté d'expression, dans le respect des personnes et des opinions. La rédaction du JDE se réserve le droit de supprimer, sans préavis, tout commentaire à caractère insultant, diffamatoire, péremptoire, ou commercial.

France | International | Entreprises | Management | Lifestyle | Blogs de la rédaction | Divers | Native Advertising | Juris | Art & Marché | Billets d'humeur | Industrie immobilière



Les entretiens du JDE

​Droite-gauche : la fin d’une époque ?

Laurence Gilardo, déléguée syndicale SNTA/FO du groupe Casino : « les salariés comme les syndicats du groupe Casino doivent resserrer les rangs »

« Dans les échanges économiques entre les entreprises, la professionnalisation et l’éthique sont indissociables de la fonction achat », Bruno Crescent, ancien directeur des achats d’EDF

Pierre Bergounioux : « Les gouvernements, de droite comme de gauche, ont accompli le tour de force, depuis un demi-siècle, de ne rien changer à l’ordre des choses »

Marc Lazar : « La peuplecratie, c’est l’idée que la souveraineté du peuple est sans limites ».

Guillemette Devernois : « Maladies rares : Il faut s’emparer des avancées de la recherche scientifique »

« Appel à la guérilla mondiale »

Nicolas Pham, cofondateur de Beaubleu : « la Maison aux aiguilles rondes »









Rss
Twitter
Facebook