Journal de l'économie

Envoyer à un ami
Version imprimable

Total et Engie dans l'expectative en Iran





Le 21 Mai 2018, par

Les conséquences économiques du retrait des États-Unis de l'accord sur le nucléaire iranien ne se sont pas fait attendre pour les entreprises françaises engagées dans le pays.


Plusieurs entreprises françaises ont en effet décidé de cesser leurs activités iraniennes suite à l'annonce de Donald Trump. Le pays a réactivé les sanctions contre les entreprises qui continueraient d'investir en Iran tout en exerçant leurs activités aux États-Unis. L'administration Trump a assorti cette interdiction par un délai de grâce de 180 jours pour permettre aux entreprises de se retirer. Ce sera le cas d'Engie, qui mettra fin à ses contrats d'ici le mois de novembre. Le géant français de l'énergie n'a pas d'infrastructures à proprement parler, seulement des équipes qui travaillent avec des clients iraniens.

Total a de son côté annoncé la fin de son important projet gazier, si l'entreprise n'obtenait pas de dérogation de la part des États-Unis. C'est un des enjeux des négociations entre les dirigeants européens et américains, ces derniers ayant laissé ouvert la porte à des dérogations. Mais l'incertitude qui pèse sur ces discussions ne sont pas de nature à rassurer les grands groupes sur leurs investissements en Iran.

Total et Engie ne sont pas les seules entreprises qui ont souhaité s'impliquer en Iran après la signature de l'accord, en 2015. Airbus, PSA et Renault ont eux aussi des investissements iraniens… La Commission européenne a activé une « loi de blocage » la semaine dernière pour limiter les effets des sanctions américaines pour les PME, mais ce sera sans doute insuffisant pour ces grandes entreprises qui ont besoin de garanties. Du côté de l'Iran, on attend beaucoup des Européens pour pérenniser l'accord…


Journaliste spécialisé dans les nouvelles technologies, Olivier Sancerre est aussi versé dans... En savoir plus sur cet auteur

Tags : iran

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Le JDE promeut la liberté d'expression, dans le respect des personnes et des opinions. La rédaction du JDE se réserve le droit de supprimer, sans préavis, tout commentaire à caractère insultant, diffamatoire, péremptoire, ou commercial.

France | International | Entreprises | Management | Lifestyle | Blogs de la rédaction | Divers | Native Advertising | Juris | Art market



Les entretiens du JDE

Les gilets jaunes sont-ils populistes ? par Francois-Bernard Huyghe

L’avenir de l’Europe passe par la Culture

Frédéric Pierucci : « Il y a une opportunité stratégique de rachat à GE de la branche nucléaire d’Alstom »

Guillaume Alvarez, vice-président senior de Steelcase : manager une entreprise mondialisée en France

Stéphane Roussel, COO de Vivendi et PDG de Gameloft : « Je me vois comme un dénicheur de talents »

La crise des gilets jaunes analysée par Eric Delbecque

Christian Aghroum : Gilets jaunes et mobilisation numérique

Philippe Schleiter: "faire réussir des choses extraordinaires par des gens ordinaires"








Opinion

Transition énergétique : arrêtez d’emmerder les français !

Transition énergétique : arrêtez d’emmerder les français !
Depuis des années, nous entendons parler de la fin du monde. Les gaz à effet de serre produits par les pays industriels aboutiraient à terme à la disparition de la vie sur terre. Il faudrait donc changer de mode de vie pour sauver la planète. On nous le répète à longueur de journée. Entre vivre et conduire, on choisit vite.

Jacques Debonsens











Rss
Twitter
Facebook