Journal de l'économie

Envoyer à un ami
Version imprimable

Total se retire d'Iran





Le 20 Août 2018, par

L'Iran fait une croix sur Total. Le groupe pétrolier français s'est retiré officiellement du contrat qui l'aurait placé en tête de pont du plus grand projet gazier au monde.


Ce retrait n'étonnera personne, puisque Total avait annoncé il y a deux mois l'intention de se désengager du développement de la phase 11 du projet South Pars. Les États-Unis ont décidé de se retirer de l'accord sur le nucléaire signé en 2015, et de rétablir les sanctions contre les entreprises qui continueront de faire affaire avec l'Iran. L'administration Trump a laissé de 90 à 180 jours aux entreprises pour cesser leurs activités avec le pays.

Téhéran avait donné deux mois à Total pour arracher une exemption, ce que le groupe n'a pas pu obtenir des États-Unis. Le ministre iranien du Pétrole, Bijan Zanganeh, a confirmé ce lundi 20 août que Total s'était officiellement retiré de ce projet, en précisant que le processus de remplacement par une autre entreprise était en cours. C'est le Chinois CNPC qui pourrait reprendre la part du groupe français ; CNPC possèderait dès lors 80% du projet, au lieu de 30% actuellement. Sans le revirement américain, Total aurait dû obtenir 50,1% de ce qui est présenté comme le plus grand gisement gazier au monde.

Total n'est pas la première grande entreprise à quitter l'Iran sous la menace des sanctions américaines. Le constructeur automobile allemand Daimler a également annoncé son départ, au grand dam de l'économie iranienne. Les pays européens, signataires de l'accord sur le nucléaire iranien, n'ont pas pu sécuriser les investissements de leurs entreprises dans le pays, ce qui représente une victoire (de court terme ?) pour Donald Trump.


Journaliste spécialisé dans les nouvelles technologies, Olivier Sancerre est aussi versé dans... En savoir plus sur cet auteur

Tags : total

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Le JDE promeut la liberté d'expression, dans le respect des personnes et des opinions. La rédaction du JDE se réserve le droit de supprimer, sans préavis, tout commentaire à caractère insultant, diffamatoire, péremptoire, ou commercial.

France | International | Entreprises | Management | Lifestyle | Blogs de la rédaction | Divers | Native Advertising | Juris | Art & Marché | Billets d'humeur | Industrie immobilière



Les entretiens du JDE

​Droite-gauche : la fin d’une époque ?

Laurence Gilardo, déléguée syndicale SNTA/FO du groupe Casino : « les salariés comme les syndicats du groupe Casino doivent resserrer les rangs »

« Dans les échanges économiques entre les entreprises, la professionnalisation et l’éthique sont indissociables de la fonction achat », Bruno Crescent, ancien directeur des achats d’EDF

Pierre Bergounioux : « Les gouvernements, de droite comme de gauche, ont accompli le tour de force, depuis un demi-siècle, de ne rien changer à l’ordre des choses »

Marc Lazar : « La peuplecratie, c’est l’idée que la souveraineté du peuple est sans limites ».

Guillemette Devernois : « Maladies rares : Il faut s’emparer des avancées de la recherche scientifique »

« Appel à la guérilla mondiale »

Nicolas Pham, cofondateur de Beaubleu : « la Maison aux aiguilles rondes »










Rss
Twitter
Facebook