Journal de l'économie

Envoyer à un ami
Version imprimable

Toys'R Us va fermer ses magasins américains





Le 15 Mars 2018, par

Toys'R Us vit des moments difficiles. L'enseigne de distribution de jouets est touchée de plein fouet par l'essor du commerce en ligne et par les changements des goûts des enfants, dont les préférences les tournent de plus en plus vers les produits électroniques.


Le groupe a annoncé que ses 735 magasins répartis partout aux États-Unis allaient fermer leurs portes. Ce sont 33 000 employés qui sont menacés par ces fermetures (l'entreprise en compte 65 000 partout dans le monde). Le distributeur américain est en faillite, et il n'a pas pu trouver de repreneur ; la dette, trop lourde, n'a pas pu non plus être restructurée. En l'absence d'un soutien financier, la poursuite des activités américaines du géant déchu du jouet ne peut donc se poursuivre, du moins aux États-Unis ; la situation est plus contrastée en Europe. Au Royaume-Uni, les 75 magasins vont fermer d'ici à six semaines, entraînant la perte de 3 000 postes.

Il faut aussi s'attendre à la liquidation des activités en France, au Portugal, en Espagne. La direction du groupe a toutefois fait miroiter la possibilité d'options « ouvertes » pour l'activité française. Un « processus de vente » est encore possible en Allemagne, en Autriche, en Suisse, ainsi qu'au Canada et en Asie. Il ne faut toutefois pas s'attendre à un miracle. Toys'R Us a déposé le bilan il y a six mois et n'est pas parvenu à se restructurer, impactant non seulement l'activité de l'entreprise bien évidemment, mais aussi les ventes pour de nombreux fabricants.

Les échéances de la dette du groupe, qui pèse 6,6 milliards de dollars dans les comptes de l'entreprise, n'ont pas pu être honorées. Cette dette colossale date de 2005, lors de l'acquisition du groupe par KKR et Bain Capital, deux fonds d'investissement, et Vornado Realty Trust, un investisseur immobilier. À cela s'ajoutent les plateformes de distribution en ligne comme Amazon pour qui le jouet est un produit d'appel, et l'engouement des enfants pour les gadgets électroniques, redoutables concurrents des jouets traditionnels.


Journaliste spécialisé dans les nouvelles technologies, Olivier Sancerre est aussi versé dans... En savoir plus sur cet auteur

Tags : jouets

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Le JDE promeut la liberté d'expression, dans le respect des personnes et des opinions. La rédaction du JDE se réserve le droit de supprimer, sans préavis, tout commentaire à caractère insultant, diffamatoire, péremptoire, ou commercial.

France | International | Entreprises | Management | Lifestyle | Blogs de la rédaction | Divers | Native Advertising








Les entretiens du JDE

Les entretiens du JDE

Loïk Le Floch-Prigent : « En finir avec le dérèglement industriel »

Florent Skrabacz, CEO de Shadline : « L’invisibilité des données est la clé de la résilience numérique »

Général Soubelet : « Traitons les vrais problèmes, ne poussons pas les Français à la révolte »

Entretien avec Ignacio de la Torre : "Nous vivons le début de la fin de « l’argent bon marché » !"

Fabrice Lépine, DG de Wonderbox : "Nos partenaires sont les premiers ambassadeurs de notre marque"

Vincent Stellian, président de Quietalis : « Nos clients et nos partenaires nous font confiance parce que nous sommes indépendants »

Citelum veut "prolonger la vie au-delà de la tombée de la nuit." Jean-Daniel Le Gall, directeur général adjoint.

Agriculture : le printemps européen du ministre Stéphane Travert









Rss
Twitter
Facebook