Journal de l'économie

Envoyer à un ami
Version imprimable

Toys’R’Us France en redressement judiciaire





Le 22 Juillet 2018, par

La filiale française du groupe américain Toys’R’Us va se placer en redressement judiciaire. Le directeur général de l’enseigne se dit « très confiant » pour l’avenir du groupe en France.


Toys’R’Us en France, c’est un réseau de 53 magasins qui emploie 1 300 personnes. L’enjeu est donc de taille pour la filiale tricolore dont la maison mère a été liquidée en mars aux États-Unis. Jean Charretteur, le directeur général de l’entreprise en France s’est voulu confiant mercredi dernier face aux représentants du personnel. Il a ainsi mis en place une « équipe de choc » pour se donner « toutes les chances de sauver la société ». Un projet en vogue serait d’adosser les magasins Toys’R’Us au groupe Orchestra, qui dirige l’enseigne Prémaman.

L’idée est de proposer dans un même magasin deux univers : le jouet d’un côté, les articles de puériculture et d’habillement de l’autre. Orchestra reste toutefois fragile : l’entreprise vient d’échapper à une procédure de cessation de paiements grâce au rééchelonnement de sa dette... Le groupe a enregistré une perte de 20 millions d’euros l’an dernier pour un chiffre d’affaires de 600 millions. De plus, le maintien de la marque Toys’R’Us est encore entre les mains des prêteurs qui en possèdent les droits aux États-Unis.

Au mois de mars, Toys’R’Us France — numéro 1 du secteur — annonçait rechercher un repreneur. En attendant, grâce à une trésorerie importante, l’activité pouvait se poursuivre. Le directeur de la filiale française a déposé la demande en redressement judiciaire auprès du tribunal de commerce d’Evry, dans l’Essonne. Une audience aura lieu mercredi et la décision sera connue à la rentrée.


Journaliste spécialisé dans les nouvelles technologies, Olivier Sancerre est aussi versé dans... En savoir plus sur cet auteur

Tags : jouets

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Le JDE promeut la liberté d'expression, dans le respect des personnes et des opinions. La rédaction du JDE se réserve le droit de supprimer, sans préavis, tout commentaire à caractère insultant, diffamatoire, péremptoire, ou commercial.

France | International | Entreprises | Management | Lifestyle | Blogs de la rédaction | Divers | Native Advertising | Juris | Art & Marché | Billets d'humeur | Industrie immobilière



Les entretiens du JDE

Frederic Buisson, délégué syndical Groupe adjoint CFE – CGC du groupe Casino : "Casino conserve un temps d’avance par rapport à la concurrence"

François Bertauld, PDG de Médiane Système : "Aujourd’hui les entreprises de services du numérique sont devenues un soutien essentiel à l’innovation industrielle."

Justine Huiwen ZHANG : "Mieux comprendre la Chine"

Bernard Attali : "Un vent de violence"

Guerre économique : « c’est un leadership mondial qui se joue »

​Droite-gauche : la fin d’une époque ?

Laurence Gilardo, déléguée syndicale SNTA/FO du groupe Casino : « les salariés comme les syndicats du groupe Casino doivent resserrer les rangs »

« Dans les échanges économiques entre les entreprises, la professionnalisation et l’éthique sont indissociables de la fonction achat », Bruno Crescent, ancien directeur des achats d’EDF










Rss
Twitter
Facebook