Journal de l'économie

Envoyer à un ami
Version imprimable

Transition électrique : le patron de Stellantis met en garde contre le risque de casse sociale





Le 20 Janvier 2022, par Aurélien Delacroix

Carlos Tavares, le patron de Stellantis, nourrit de grandes craintes concernant la volonté très forte des pays européens de passer à une automobile 100% électrique au plus tôt. Il met en garde contre le risque de casse sociale.


Une transition à marche forcée

Dès 2035, la vente de véhicules essence et diesel sera interdite sur le vieux continent, si les États membres suivent la recommandation de la Commission européenne. Une transition à marche forcée qui bouscule l'industrie automobile, peut-être trop selon Carlos Tavares. Le directeur général du géant mondial Stellantis, met en garde sur les conséquences sociales d'une telle bascule dans une interview à quatre quotidiens européens, dont Les Échos en France.

« Sans transition progressive, les conséquences sociales seront majeures », assène-t-il. L'électrification, « choisie par les politiques, pas par l'industrie », amène les constructeurs à limiter au maximum les 50% de surcoût de l'électrique en cinq ans en réalisant d'importants gains de productivité. « Nous verrons dans quelques années les constructeurs qui auront survécu et les autres », explique le dirigeant. 

Maintien des hybrides légers

Entre les lignes, il craint que des constructeurs mettent la clé sous la porte à cause de l'électrification voulue par l'UE. Ce d'autant qu'il n'y a pas que les constructeurs qui sont impliqués : « nous avons tout un écosystème de sous-traitants autour de nous. Il va falloir qu'ils bougent aussi rapidement que nous ». La brutalité du changement, estime-t-il, c'est ce qui crée le risque social.

Il plaide pour le maintien des véhicules hybrides légers, qui coûte « moitié moins » qu'une voiture électrique. « Nous risquons de perdre les classes moyennes qui ne pourront plus acheter de voiture et qu'il y aura des conséquences sociales », selon Carlos Tavares, qui précise qu'un véhicule électrique doit rouler 70.000 km pour compenser la mauvaise empreinte carbone de fabrication de la batterie et « commencer à creuser l'écart avec un véhicule hybride léger ».



Tags : automobile

Nouveau commentaire :
Twitter

Le JDE promeut la liberté d'expression, dans le respect des personnes et des opinions. La rédaction du JDE se réserve le droit de supprimer, sans préavis, tout commentaire à caractère insultant, diffamatoire, péremptoire, ou commercial.

France | International | Mémoire des familles, généalogie, héraldique | Entreprises | Management | Lifestyle | Blogs de la rédaction | Divers | Native Advertising | Juris | Art & Culture | Prospective | Immobilier, Achats et Ethique des affaires | Intelligence et sécurité économique - "Les carnets de Vauban"



Les entretiens du JDE

Tarek El Kahodi, président de l'ONG LIFE : "L’environnement est un sujet humanitaire quand on parle d’accès à l’eau" (2/2)

Tarek El Kahodi, président de l'ONG LIFE : "Il faut savoir prendre de la hauteur pour être réellement efficace dans des situations d’urgence" (1/2)

Jean-Marie Baron : "Le fils du Gouverneur"

Les irrégularisables

Les régularisables

Aude de Kerros : "L'Art caché enfin dévoilé"

Robert Salmon : « Voyages insolites en contrées spirituelles »

Antoine Arjakovsky : "Pour sortir de la guerre"













Rss
Twitter
Facebook