Journal de l'économie

Envoyer à un ami
Version imprimable

Transport aérien : WOW Air fait faillite





Le 31 Mars 2019, par François Lapierre

WOW Air est la dernière victime de la guerre des prix dans l’aérien en Europe. La compagnie islandaise spécialisée dans les vols à bas coût a mis la clé sous la porte.


Le ciel aérien européen est sans pitié contre les compagnies aux reins financiers fragiles. Plusieurs entreprises ont ainsi cessé leurs opérations de manière plus ou moins brutales ; cela a été le cas pour Air Berlin, Niki, Azur Air ou encore SkyWork Airlines. Bulgaran Eagle, filiale de Germania basée à Sofia, a également mis la clé sous la porte. Dans le cas de WOW Air, la cessation des opérations a été effective jeudi dernier, laissant sur le carreau des milliers de passagers.

WOW Air, basé à l’aéroport de Reykjavik-Keflavik en Islande, opérait une trentaine de vols notamment entre Paris et Montréal. La compagnie low cost était en difficulté depuis longtemps. Sur les trois premiers trimestres de l’année dernière, elle affichait déjà une perte de 42 millions de dollars. Malgré une restructuration de la dette et la réduction de ses vols, l’entreprise n’a pas pu faire autrement que de déclarer faillite. Les éventuels investisseurs (Indigo Partners et Icelandair) ont jeté l’éponge.

WOW Air employait 1 000 salariés. La fin brutale de son activité signifie que les 4 000 passagers coincés dans une trentaine d’aéroports européens et américains ont dû se débrouiller pour trouver une solution de secours. Plusieurs compagnies concurrentes ont offert leur aide via des tarifs d’assistance, permettant aux naufragés de WOW Air de bénéficier de réductions sur les lignes autrefois assurées par la compagnie. Des mécanismes de remboursement sont également disponibles, sans assurance de retrouver l’intégralité des sommes toutefois.




Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Le JDE promeut la liberté d'expression, dans le respect des personnes et des opinions. La rédaction du JDE se réserve le droit de supprimer, sans préavis, tout commentaire à caractère insultant, diffamatoire, péremptoire, ou commercial.

France | International | Entreprises | Management | Lifestyle | Blogs de la rédaction | Divers | Native Advertising | Juris | Art & Marché | Billets d'humeur | Industrie immobilière



Les entretiens du JDE

Frederic Buisson, délégué syndical Groupe adjoint CFE – CGC du groupe Casino : "Casino conserve un temps d’avance par rapport à la concurrence"

François Bertauld, PDG de Médiane Système : "Aujourd’hui les entreprises de services du numérique sont devenues un soutien essentiel à l’innovation industrielle."

Justine Huiwen ZHANG : "Mieux comprendre la Chine"

Bernard Attali : "Un vent de violence"

Guerre économique : « c’est un leadership mondial qui se joue »

​Droite-gauche : la fin d’une époque ?

Laurence Gilardo, déléguée syndicale SNTA/FO du groupe Casino : « les salariés comme les syndicats du groupe Casino doivent resserrer les rangs »

« Dans les échanges économiques entre les entreprises, la professionnalisation et l’éthique sont indissociables de la fonction achat », Bruno Crescent, ancien directeur des achats d’EDF










Rss
Twitter
Facebook