Journal de l'économie

Envoyer à un ami
Version imprimable

Travail de nuit : nouveau revers parisien pour Monoprix





Le 8 Septembre 2018, par

Monoprix subit un nouveau revers sur le travail nocturne. La cour d'appel de Paris exige en effet que l'enseigne ferme à 21h les cinq magasins situés dans les zones touristiques internationales à Paris.


Ces magasins, dont un situé sur les Champs-Élysées, fermaient rideau à 23h30 jusqu'à présent. Mais la cour d'appel a cassé une décision du tribunal de Paris qui, en juillet 2017, déboutait un collectif de syndicats Clic-P, regroupant la CGT, le SCID, le SECI-Unsa et SUD. Ces derniers sont vent debout contre le travail nocturne tel que mis en place par l'enseigne et les magistrats de la cour d'appel ont fini par leur donner raison. Ces derniers ont demandé à Monoprix de cesser d'employer des salariés entre 21h et 6h du matin, sous peine d'astreinte de 30 000 euros par infraction constatée.

Les touristes et les résidents devront donc prendre leurs dispositions et faire leurs courses avant l'heure fatidique… Monoprix a une histoire compliquée avec le travail de nuit. En juin 2017, l'entreprise était en effet condamné pour mise en place illégale du travail nocturne, datant de 2014. Fin 2016, Monoprix profitait de la souplesse nouvelle dans les dispositions concernant les horaires tardifs dans les zones touristiques internationales pour arracher un accord avec les salariés. Mais cet accord est désormais caduc.

La cour d'appel estime en effet que l'accord d'entreprise de décembre 2016 ne prévoit pas suffisamment de mesures facilitant l'articulation entre les responsabilités familiales et l'activité professionnelle nocturne. Pour les juges, le recours au travail de nuit doit prendre en compte « les impératifs de santé et de sécurité des travailleurs » et il doit se justifier par la « nécessité d’assurer la continuité de l’activité économique et des services d’utilité sociale ».


Journaliste spécialisé dans les nouvelles technologies, Olivier Sancerre est aussi versé dans... En savoir plus sur cet auteur



1.Posté par gérarldine le 29/09/2018 15:56 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
pour faire face à tous ces dangers pour la santé, la prévention des risques du travail posté en équipes et de nuit est possible et doit etre renforcée : http://www.officiel-prevention.com/sante-hygiene-medecine-du-travail-sst/service-de-sante-au-travail-reglementations/detail_dossier_CHSCT.php?rub=37&ssrub=151&dossid=271

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Le JDE promeut la liberté d'expression, dans le respect des personnes et des opinions. La rédaction du JDE se réserve le droit de supprimer, sans préavis, tout commentaire à caractère insultant, diffamatoire, péremptoire, ou commercial.

France | International | Entreprises | Management | Lifestyle | Blogs de la rédaction | Divers | Native Advertising









Les entretiens du JDE

Les entretiens du JDE

Stéphane Roussel, COO de Vivendi et PDG de Gameloft : « Je me vois comme un dénicheur de talents »

La crise des gilets jaunes analysée par Eric Delbecque

Les gilets jaunes sont-ils populistes ? par Francois-Bernard Huyghe

Christian Aghroum : Gilets jaunes et mobilisation numérique

Philippe Schleiter: "faire réussir des choses extraordinaires par des gens ordinaires"

Gilles Imbert, groupe Interconstruction : « Les promoteurs indépendants sont obligés, plus que les autres, de tenir leurs engagements »

Loïk Le Floch-Prigent : « En finir avec le dérèglement industriel »

Florent Skrabacz, CEO de Shadline : « L’invisibilité des données est la clé de la résilience numérique »









Rss
Twitter
Facebook