Journal de l'économie

Envoyer à un ami
Version imprimable

Trésorerie d’entreprise : le gouvernement mise gros sur l’affacturage





Le 13 Juillet 2020, par Paolo Garoscio

La survie des entreprises françaises, après la crise sanitaire et alors que se profile la pire crise économique de l’Histoire en temps de paix, passe avant tout par la trésorerie. Les charges fixes, des salaires aux charges sociales en passant par les loyers, doivent être payées. Le gouvernement a donc travaillé avec les sociétés d’affacturage pour proposer un plan permettant de faciliter l’utilisation de cet outil… tout en protégeant les sociétés spécialisées.


L’affacturage facilité en France

Pixabay/William Iven
Pixabay/William Iven
L’Assemblée nationale a adopté un nouveau dispositif pour améliorer la trésorerie des entreprises et, surtout, pour faciliter l’utilisation de l’affacturage. Ce principe devient en effet stratégique en temps de crise puisqu’une entreprise qui fait appel à une société d’affacturage peut voir les sommes qui lui sont dues par ses clients être très rapidement disponibles pour sa gestion courante, sans devoir attendre le paiement de l’entreprise cliente qui peut parfois être décalé de plusieurs semaines.

L’entreprise débitrice, elle, va régler directement la facture à la société d’affacturage qui aura avancé l’argent. Seul problème : la société d’affacturage n’avance les frais que si les factures sont sûres. Or, avec la crise économique, difficile d’être certain qu’une entreprise ne fermera pas ses portes. Le prêt garanti par l’État entre donc en jeu, comme le réclamaient les spécialistes du secteur.

20 milliards d’euros pour l’affacturage

Selon l’amendement voté par les députés, des 300 milliards de prêts garantis par l’État, 20 milliards seront dédiés à l’affacturage. L’État garantira jusqu’à 90% du montant de certaines factures, permettant ainsi aux sociétés d’affacturage de proposer les services à leurs propres clients sans risquer de perdre de l’argent en cas de faillite de l’entreprise débitrice.

Mais l’amendement va plus loin : il change également les documents nécessaires pour bénéficier de cette avance de trésorerie. Alors que les sociétés d’affacturage n’avancent la trésorerie que sur facture de la part de l’entreprise créditrice, ce qui rallonge parfois les délais, un simple bon de commande pourra être utilisé pour demander le versement des sommes.
 





1.Posté par SamZyl le 15/07/2020 10:54 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Une bonne nouvelle. Mais les mesures de soutien devront être plus fortes encore pour éviter les faillites...

Nouveau commentaire :
Twitter

Le JDE promeut la liberté d'expression, dans le respect des personnes et des opinions. La rédaction du JDE se réserve le droit de supprimer, sans préavis, tout commentaire à caractère insultant, diffamatoire, péremptoire, ou commercial.

France | International | Entreprises | Management | Lifestyle | Blogs de la rédaction | Divers | Native Advertising | Juris | Art & Marché | Prospective | Industrie immobilière | Intelligence et sécurité économique - "Les carnets de Vauban"



Les entretiens du JDE

L’intégration des étrangers de France : du mythe à la réalité.

La fin du franc CFA : un livre qui bouscule les idées reçues.

C’est pire qu’un crime, c’est une faute

J’ai deux amours…

Institut Sapiens : « Les concessions autoroutières préservent l’intérêt général »

​Jean-Luc Favène, Directeur Général de Lissac : "Notre modèle de franchise à tout pour séduire indépendants et primo-franchisés"

Quand Wall Street revêt les ailes d’Icare

La France doit consacrer l’importance stratégique d’une filière de l’hygiène













Rss
Twitter
Facebook