Journal de l'économie

Envoyer à un ami
Version imprimable

Triche aux tests anti-pollution : vers un scandale Renault





Le 15 Mars 2017, par

Comme il y a eu un scandale Volkswagen, y aura-t-il un scandale Renault ? Depuis 25 ans, le constructeur français aurait truqué des centaines de milliers de véhicules dans le but de fausser les tests des émissions polluantes, d'après un rapport confidentiel de la Direction générale de la répression des fraudes (DGCCRF).


Le rapport de 39 pages, rédigé en novembre dernier, a pu être consulté par Libération et l'AFP. La DGCCRF, qui s'appuie sur le témoignage d'un ancien salarié, y explique que Renault a mis en place des « stratégies frauduleuses » pour franchir les fourches caudines des tests anti-pollution. Le constructeur automobile a trompé les consommateurs pendant 25 ans sur les contrôles effectués sur les véhicules. 

Ces dispositifs de « détection de cycle » étaient intégrés dans les moteurs diesel et essence pour permettre à l'électronique des véhicules d'adapter son fonctionnement dès qu'ils repéraient s'ils étaient testés pour homologation. Voilà qui n'est pas sans rappeler les véhicules diesel de Volkswagen. Mais dans le cas du constructeur allemand, 11 millions de véhicules sont concernés ; pour Renault, ce sont « seulement » 900 000 voitures qui auraient été ainsi équipées.

Renault, dans un communiqué, explique qu'aucun de ses services n'a enfreint de règles, qu'elles soient européennes ou nationales, « relatives à l'homologation des véhicules ». En février déjà, Carlos Ghosn le PDG de Renault martelait qu'il n'y a pas eu de « triche ». La DGCCRF semble penser le contraire… D'ores et déjà, des associations de consommateurs se sont constituées parties civiles.


Journaliste spécialisé dans les nouvelles technologies, Olivier Sancerre est aussi versé dans... En savoir plus sur cet auteur

Tags : renault

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Le JDE promeut la liberté d'expression, dans le respect des personnes et des opinions. La rédaction du JDE se réserve le droit de supprimer, sans préavis, tout commentaire à caractère insultant, diffamatoire, péremptoire, ou commercial.

France | International | Entreprises | Management | Lifestyle | Blogs de la rédaction | Divers | Native Advertising







Master Class

Master Class

Vincent Stellian, président de Quietalis : « Nos clients et nos partenaires nous font confiance parce que nous sommes indépendants »

Citelum veut "prolonger la vie au-delà de la tombée de la nuit." Jean-Daniel Le Gall, directeur général adjoint.

Agriculture : le printemps européen du ministre Stéphane Travert

Olivier Maes, le monde comme territoire de marque.

Homelike Home, la Dream Team de la chasse immobilière en France

Mode : la vraie révolution digitale a juste démarré

Les enjeux de la délégation de pouvoirs

Risque Amiante : le point sur les nouvelles obligations avec SET Environnement
















Rss
Twitter
Facebook