Journal de l'économie

Envoyer à un ami
Version imprimable

Uber dévoile les revenus de ses chauffeurs





Le 28 Janvier 2019, par

Un conducteur Uber est susceptible de toucher un revenu net mensuel de 1 617 euros, selon des chiffres dévoilés par Uber. Une transparence inédite pour le leader mondial des VTC.


Uber joue la carte de la transparence. Au début de l’année, la cour d’appel de Paris a jugé que le lien entre un conducteur VTC et l’entreprise pouvait être considéré comme un « contrat de travail » : si cette décision est confirmée (Uber a déposé un pourvoi en cassation), alors cela pourrait ouvrir la voie à une requalification en masse. De quoi bouleverser en profondeur le modèle économique du numéro un du VTC en France, avec 28 000 conducteurs.

 

Uber a donné à l’AFP des chiffres inédits qui permettent de mieux savoir combien gagne un chauffeur faisant appel au service de VTC. Le chiffre d’affaires médian horaire s’élève ainsi à 24,81 euros ; une fois le versement à Uber de la commission de 25%, puis les frais de service, les cotisations sociales et la TVA, le conducteur garde dans sa poche un total net de 9,15 euros. Si le chauffeur utilise l’application Uber durant 45,3 heures par semaine (le temps de travail des non-salariés, rappelle l’entreprise), ses revenus seront de 1 617 euros par mois.

 

Dans le secteur du transport, le revenu médian des non-salariés s’établit à 1 430 euros mensuel ; il est moins élevé dans le transport public particulier (1 110 euros). D’après une étude Kantar TNS commandée par Uber, 89% des chauffeurs ont choisi cette société pour l’indépendance qu’elle offre, 81% pour être « son propre patron ». Le véhicule le plus utilisé est une Peugeot 508, tandis que le conducteur est âgé en moyenne de 39 ans.

 


Journaliste spécialisé dans les nouvelles technologies, Olivier Sancerre est aussi versé dans... En savoir plus sur cet auteur

Tags : Uber

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Le JDE promeut la liberté d'expression, dans le respect des personnes et des opinions. La rédaction du JDE se réserve le droit de supprimer, sans préavis, tout commentaire à caractère insultant, diffamatoire, péremptoire, ou commercial.

France | International | Entreprises | Management | Lifestyle | Blogs de la rédaction | Divers | Native Advertising | Juris | Art & Marché | Billets d'humeur | Industrie immobilière



Les entretiens du JDE

Frederic Buisson, délégué syndical Groupe adjoint CFE – CGC du groupe Casino : "Casino conserve un temps d’avance par rapport à la concurrence"

François Bertauld, PDG de Médiane Système : "Aujourd’hui les entreprises de services du numérique sont devenues un soutien essentiel à l’innovation industrielle."

Justine Huiwen ZHANG : "Mieux comprendre la Chine"

Bernard Attali : "Un vent de violence"

Guerre économique : « c’est un leadership mondial qui se joue »

​Droite-gauche : la fin d’une époque ?

Laurence Gilardo, déléguée syndicale SNTA/FO du groupe Casino : « les salariés comme les syndicats du groupe Casino doivent resserrer les rangs »

« Dans les échanges économiques entre les entreprises, la professionnalisation et l’éthique sont indissociables de la fonction achat », Bruno Crescent, ancien directeur des achats d’EDF










Rss
Twitter
Facebook