Journal de l'économie

Envoyer à un ami
Version imprimable

Uber : le géant du VTC adepte de l'optimisation fiscale





Le 21 Février 2014, par

Les VTC (Véhicules de tourisme avec chauffeur) bénéficient d'une bonne image auprès du public, et pour cause : l'innovation et la modernité sont de leur côté, alors que le lobby des taxis semble ne défendre qu'un modèle économique dépassé.


Mais cette image de marque peut s'écorner très rapidement, il suffit d'un dérapage… Et cela pourrait bien provenir d'Uber, le service américain à la pointe de cette activité, qui joue volontiers la carte de la provocation. Dernier « exploit » en date : le jour de l'annulation du décret concernant le délai de 15 minutes entre la réservation et la prise en charge, la branche française lançait un système de co-voiturage urbain à la limite de la légalité.
 
Mais cette fois, Uber est sans doute allé trop loin. En pleine polémique sur l'optimisation fiscale, devenu un sport de haut niveau pour les multinationales (Apple, Google, Amazon ou Yahoo s'y adonnent sans vergogne pour payer moins d'impôts), on apprend qu'Uber est également familier de cette pratique - certes légale, mais très mal vue des États qui voient filer des recettes vers des paradis fiscaux.
 
Comme expliqué par BFM Business, Uber exige des conducteurs affiliés une commission de 20%, qu'ils doivent reverser à la filiale non pas française, mais hollandaise du groupe. L'argent transite ensuite par Uber International BV, une autre filiale domiciliée… aux Bermudes, et filiale d'Uber International CV, installée elle dans l'État américain du Delaware où la TVA n'existe pas et où la taxe sur le chiffre d'affaires n'est que de 1,92%. Une telle architecture se retrouve aussi chez Google, un des actionnaires d'Uber…
 
Un montage financier complexe, qui permet à Uber d'éviter les trop lourdes impositions françaises, auxquelles sont soumis ses concurrents hexagonaux. Un système à deux vitesses qui pénalise les entreprises françaises et qui fait la fortune des sociétés américaines.


Journaliste spécialisé dans les nouvelles technologies, Olivier Sancerre est aussi versé dans... En savoir plus sur cet auteur


Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Le JDE promeut la liberté d'expression, dans le respect des personnes et des opinions. La rédaction du JDE se réserve le droit de supprimer, sans préavis, tout commentaire à caractère insultant, diffamatoire, péremptoire, ou commercial.

France | International | Entreprises | Management | Lifestyle | Blogs de la rédaction | Divers | Native Advertising | Juris | Art & Marché | Billets d'humeur | Industrie immobilière



Les entretiens du JDE

Frederic Buisson, délégué syndical Groupe adjoint CFE – CGC du groupe Casino : "Casino conserve un temps d’avance par rapport à la concurrence"

François Bertauld, PDG de Médiane Système : "Aujourd’hui les entreprises de services du numérique sont devenues un soutien essentiel à l’innovation industrielle."

Justine Huiwen ZHANG : "Mieux comprendre la Chine"

Bernard Attali : "Un vent de violence"

Guerre économique : « c’est un leadership mondial qui se joue »

​Droite-gauche : la fin d’une époque ?

Laurence Gilardo, déléguée syndicale SNTA/FO du groupe Casino : « les salariés comme les syndicats du groupe Casino doivent resserrer les rangs »

« Dans les échanges économiques entre les entreprises, la professionnalisation et l’éthique sont indissociables de la fonction achat », Bruno Crescent, ancien directeur des achats d’EDF










Rss
Twitter
Facebook