Journal de l'économie

Envoyer à un ami
Version imprimable

Uber : lourdes pertes au premier trimestre





Le 8 Mai 2020, par François Lapierre

Uber a dévoilé les résultats de son premier trimestre et comme prévu, les restrictions de déplacement et les mesures de confinement ont eu un impact significatif sur l'activité de l'entreprise.


Une activité réduite en raison du coronavirus

Le spécialiste de la mise en relation entre voyageurs et chauffeurs a essuyé une perte de 3 milliards de dollars durant les trois premiers mois de l'année. C'est la conséquence très directe du confinement intervenu en mars dans la plupart des pays touchés par le coronavirus. Uber a pourtant connu des mois de janvier et de février positifs, avec des courses en progression de 20%, mais durant les deux dernières semaines du mois de mars, la chute a été de 40%. Et pendant le mois d'avril, la dégringolade s'est poursuivie avec une baisse des réservations de 80% ! Dara Khosrowshahi, le patron du groupe, se veut toutefois optimiste : les réservations ont commencé à augmenter de 12% la semaine dernière, grâce au déconfinement dans plusieurs pays et États américains.

En Géorgie et au Texas, les courses ont ainsi progressé de respectivement 43% et 50%, relève le dirigeant. Malgré tout, l'activité de transport de passagers ne retrouvera pas immédiatement son niveau d'avant la crise sanitaire. Les transports vers les aéroports, qui représentent 16% de l'excédent brut d'exploitation d'Uber, ne vont pas reprendre dans l'immédiat : les frontières sont toujours fermées et les déplacements restent restreints.

Uber Eats à la rescousse

Uber peut compter sur son activité de livraison de repas, qui a connu une progression spectaculaire de 52% au premier trimestre par rapport à l'année dernière. Les clients ont utilisé les services de la plateforme pour se restaurer chez eux. Et Uber Eats est bien parti sur sa lancée, avec une croissance des courses de 89% durant le mois d'avril. Grâce à cette activité, Uber peut afficher un chiffre d'affaires de 3,5 milliards de dollars au premier trimestre, en hausse de 14% d'une année sur l'autre.

Le rythme des livraisons de repas est tel que le groupe pourrait atteindre les 25 milliards de dollars de commandes d'ici la fin de l'année. À comparer aux 14 milliards enregistrés en 2019… Uber Eats a étendu ses services à la livraison de courses (la plateforme a passé un partenariat avec Carrefour en France), et aux États-Unis, elle livre aussi des repas provenant de nouvelles grandes chaînes de restauration (Shake Shack, Dunkin' et Chipotle).



Tags : Uber

Nouveau commentaire :
Twitter

Le JDE promeut la liberté d'expression, dans le respect des personnes et des opinions. La rédaction du JDE se réserve le droit de supprimer, sans préavis, tout commentaire à caractère insultant, diffamatoire, péremptoire, ou commercial.

France | International | Entreprises | Management | Lifestyle | Blogs de la rédaction | Divers | Native Advertising | Juris | Art & Marché | Prospective | Industrie immobilière | Intelligence et sécurité économique - "Les carnets de Vauban"



Les entretiens du JDE

Institut Sapiens : « Les concessions autoroutières préservent l’intérêt général »

​Jean-Luc Favène, Directeur Général de Lissac : "Notre modèle de franchise à tout pour séduire indépendants et primo-franchisés"

Quand Wall Street revêt les ailes d’Icare

La France doit consacrer l’importance stratégique d’une filière de l’hygiène

Sacha Lazimi (Yubo) : « En termes de communauté, nous sommes la première application sociale 100 % made in France »

Relance économique : de la nécessité d’intégrer la sécurisation des échanges inter-entreprises

Le chômage américain baisse… si vous excluez les CDD

TwentyTwo Real Estate: "agilité et rigueur face au risque" (Daniel Rigny)













Rss
Twitter
Facebook