Journal de l'économie

Envoyer à un ami
Version imprimable

Uber va se lancer en Bourse avec une valorisation moins élevée que prévu





Le 29 Avril 2019, par

Beaucoup d’analystes et d’observateurs du marché s’attendaient à une valorisation au-delà des 100 milliards de dollars… Mais finalement, Uber a joué la carte d’une prudence relative pour sa prochaine introduction en Bourse.


C’est le 10 mai que le leader mondial du VTC (véhicule de transport avec chauffeur) fera son apparition au New York Stock Exchange, sous le symbole « UBER ». Cette introduction sera la plus importante de l’année, mais elle ne sera pas aussi importante qu’attendu : au lieu des 120 milliards de dollars estimés par beaucoup de banquiers d’affaires, l’entreprise a choisi une valorisation dans le bas de la fourchette, c’est à dire entre 80 et 91 milliards de dollars. Soit un prix d’introduction compris entre 44 et 50 dollars pièce. Le prix définitif sera connu le 9 mai.

Ce niveau de valorisation correspond à celui du dernier tour de table de l’entreprise qui remonte à la fin de l’année dernière (76 milliards). Il reflète en tout cas la relative tiédeur des opérateurs et des investisseurs envers l’action du rival Lyft, qui s’est lancé en Bourse il y a quelques semaines : la société de VTC est désormais valorisée 16 milliards de dollars, alors qu’elle cotait 24 milliards fin mars, au moment de son introduction. À l’occasion de son introduction boursière, Uber espère lever jusqu’à 9 milliards de dollars. Les titres cédés par les actionnaires représenteront 1,35 milliard de dollars supplémentaires. 

Uber a précisé dans ses documents boursiers que le chiffre d’affaires pour le premier trimestre est estimé entre 3 et 3,1 milliards de dollars. Soit une progression de plus de 15%. En revanche, le groupe affiche toujours des pertes : elles devraient s’établir à 1,1 milliard de dollars sur les trois premiers mois. Des pertes auxquelles les investisseurs vont devoir s’habituer pendant plusieurs trimestres.


Journaliste spécialisé dans les nouvelles technologies, Olivier Sancerre est aussi versé dans... En savoir plus sur cet auteur

Tags : uber

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Le JDE promeut la liberté d'expression, dans le respect des personnes et des opinions. La rédaction du JDE se réserve le droit de supprimer, sans préavis, tout commentaire à caractère insultant, diffamatoire, péremptoire, ou commercial.

France | International | Entreprises | Management | Lifestyle | Blogs de la rédaction | Divers | Native Advertising | Juris | Art & Marché | Billets d'humeur | Industrie immobilière



Les entretiens du JDE

Frederic Buisson, délégué syndical Groupe adjoint CFE – CGC du groupe Casino : "Casino conserve un temps d’avance par rapport à la concurrence"

François Bertauld, PDG de Médiane Système : "Aujourd’hui les entreprises de services du numérique sont devenues un soutien essentiel à l’innovation industrielle."

Justine Huiwen ZHANG : "Mieux comprendre la Chine"

Bernard Attali : "Un vent de violence"

Guerre économique : « c’est un leadership mondial qui se joue »

​Droite-gauche : la fin d’une époque ?

Laurence Gilardo, déléguée syndicale SNTA/FO du groupe Casino : « les salariés comme les syndicats du groupe Casino doivent resserrer les rangs »

« Dans les échanges économiques entre les entreprises, la professionnalisation et l’éthique sont indissociables de la fonction achat », Bruno Crescent, ancien directeur des achats d’EDF










Rss
Twitter
Facebook