Journal de l'économie

Envoyer à un ami
Version imprimable

Un « bonus » pour économiser sur les réparations des vêtements





Le 8 Novembre 2023, par François Lapierre

Un nouveau dispositif financier, le « bonus réparation », vient d’être lancé dans le cadre de la loi anti-gaspillage. Objectif : encourager les réparations de vêtements pour réduire le gaspillage textile. Ce dispositif propose une aide concrète aux consommateurs pour l’entretien de leurs habits, mais certains artisans réparateurs s’interrogent sur sa gestion.


Un bonus réparation qui peut aller jusqu'à 25 euros

Depuis ce mardi 7 novembre, les consommateurs pourront bénéficier d'une aide, allant de 6 à 25 euros, pour la réparation de leurs vêtements. Cette initiative, introduite par la loi anti-gaspillage, s’inscrit dans une volonté de promouvoir un comportement plus durable chez les consommateurs. Le dispositif permettra de prendre en charge une partie du coût de réparations pour une déchirure ou le ressemelage de chaussures en cuir, tout en excluant les retouches purement esthétiques.

Le dispositif est limité à 60% du prix total de la réparation par vêtement, et ne couvre pas les maroquineries, sous-vêtements, linge de maison et certains articles spécifiques comme les vêtements en néoprène ou les chaussures de ski. Les artisans souhaitant offrir ce « bonus » à leurs clients doivent être agréés et afficher le label Refashion. À ce jour, moins de 600 entreprises disposent de cette accréditation.

Réparer plutôt que racheter

Les acteurs de la filière textile se montrent attentifs aux critères d’éligibilité du « bonus réparation ». Seuls les articles appartenant à la catégorie des textiles, linges, et chaussures (TLC) peuvent en bénéficier, et certaines catégories de produits, comme la maroquinerie ou les couettes, en sont expressément exclues. La raison invoquée réside dans le mode de financement de ce fonds, qui s’élève à 154 millions d’euros sur cinq ans, alimenté par les éco-contributions des marques. Selon Elsa Chassagnette de Refashion, l’éco-organisme en charge, l’objectif est d’augmenter les réparations de 35% d'ici 2028, en se focalisant sur les produits les plus impactants.

Alors que le « bonus réparation » pourrait attirer de nouveaux clients dans les cordonneries et ateliers de retouche, certains artisans émettent des réserves quant à la charge administrative que cela représente. La réduction est directement offerte au client, mais c’est ensuite au réparateur de se faire rembourser en fournissant des preuves et une facturation détaillée. Le remboursement s’effectuant mensuellement, cela implique une avance de frais pour ces professionnels.




Nouveau commentaire :
Twitter

Le JDE promeut la liberté d'expression, dans le respect des personnes et des opinions. La rédaction du JDE se réserve le droit de supprimer, sans préavis, tout commentaire à caractère insultant, diffamatoire, péremptoire, ou commercial.

France | International | Mémoire des familles, généalogie, héraldique | Entreprises | Management | Lifestyle | Blogs de la rédaction | Divers | Native Advertising | Juris | Art & Culture | Prospective | Immobilier, Achats et Ethique des affaires | Intelligence et sécurité économique - "Les carnets de Vauban"



Les entretiens du JDE

Tarek El Kahodi, président de l'ONG LIFE : "L’environnement est un sujet humanitaire quand on parle d’accès à l’eau" (2/2)

Tarek El Kahodi, président de l'ONG LIFE : "Il faut savoir prendre de la hauteur pour être réellement efficace dans des situations d’urgence" (1/2)

Jean-Marie Baron : "Le fils du Gouverneur"

Les irrégularisables

Les régularisables

Aude de Kerros : "L'Art caché enfin dévoilé"

Robert Salmon : « Voyages insolites en contrées spirituelles »

Antoine Arjakovsky : "Pour sortir de la guerre"













Rss
Twitter
Facebook