Journal de l'économie

Envoyer à un ami
Version imprimable

Un bilan « accablant » pour les banques engagées à protéger les clients fragiles





Le 24 Octobre 2019, par La rédaction

Les banques ont-elles failli à respecter leurs engagements pour protéger la clientèle fragile ? Selon 60 Millions de Consommateurs et l’Union nationale des associations familiales, ce n'est pas du tout le cas.


Plafonnement des frais d'incidents bancaires

En décembre dernier, les banques s'engageaient à plafonner les frais d'incidents bancaires à 25 euros par mois pour les clients dits « fragiles ». Une mesure prise alors que le mouvement des « gilets jaunes » battait son plein dans les rues. 60 Millions de Consommateurs et l’Union nationale des associations familiales ont voulu vérifier la réalité de cet engagement, et le bilan est « accablant » : « le plafonnement n’est pas mis en place pour l’immense majorité des clients noyés sous les frais pour incidents », accusent les deux associations.

104 clients en grande difficulté (interdits bancaires, surendettés, frais d'incidents bancaires à répétition) ont été invités à prendre rendez-vous avec leur conseiller bancaire afin de trouver une solution à leurs problèmes. Si 9% de ces personnes n'ont obtenu aucune proposition de solution, 27% d'entre elles ont pu bénéficier du remboursement d'une partie de leurs frais, pour une moyenne de 82 euros. « 78 % des interdits bancaires et des surendettés ne bénéficient d’aucun plafonnement alors que ces personnes devraient automatiquement y avoir droit ». Quant à ceux qui paient des frais d'incidents bancaires de plus de 40 euros par mois depuis trois mois et dont les revenus se situent entre 1 000 et 1 800 euros, ils sont 91% à ne pas profiter du plafonnement.

Des suites si les engagements ne sont pas respectés

La Fédération bancaire française a tenu à réagir à cette enquête, en expliquant que ce sont « 3,4 millions de clients fragiles financièrement, tels que définis par la loi, [qui] bénéficient d’un plafonnement mensuel de leurs frais d’incidents ». Au premier semestre 2019, les frais d'incidents ont été réduits pour « plus d’un million de personnes fragiles financièrement », assurent encore les professionnels.

Le gouvernement, par la voix d'Agnès Pannier-Runacher la secrétaire d'État à l'Économie, a indiqué les contrôles des engagements des banques vont se poursuivre. Et des suites seront envisagées si les banques ne les respectent pas. Les tests ont été effectués dans huit grands réseaux bancaires : BNP-Baribas, la Banque Postale, Société Générale, LCL, Banques Populaires, Caisse d’Épargne, Crédit Mutuel et Crédit Agricole.



Tags : banques

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Le JDE promeut la liberté d'expression, dans le respect des personnes et des opinions. La rédaction du JDE se réserve le droit de supprimer, sans préavis, tout commentaire à caractère insultant, diffamatoire, péremptoire, ou commercial.

France | International | Entreprises | Management | Lifestyle | Blogs de la rédaction | Divers | Native Advertising | Juris | Art & Marché | Billets d'humeur | Industrie immobilière | Intelligence et sécurité économique - "Les carnets de Vauban"



Les entretiens du JDE

Minorités d'Orient, les grandes trahies de l'Histoire

OPA du fonds Searchlight sur Latécoère : un nouveau scandale Alstom ?

Frédérique Picard :"j’ai décidé de répertorier les leviers spécifiques qui permettent aux femmes d’oser"

Jean-Louis Scaringella, les taux d’intérêt négatifs ou : « l’euthanasie des rentiers »

La Saga des Audacieux

Pouquoi les ambitions protectionnistes chinoises et américaines frappent la France et l'Europe

Frédéric Verdavaine (Nexity) : « Nous sommes au croisement de nombreux enjeux de société structurants pour l’avenir »

​« L’Etat ne peut pas se transformer en « père fouettard » et réguler avec des mesures très restrictives les acteurs innovants de l’économie collaborative »












Rss
Twitter
Facebook