Journal de l'économie

Envoyer à un ami
Version imprimable

Un budget « de relance » pour 2021





Le 5 Mai 2020, par Olivier Sancerre

Au delà du déconfinement qui va s'opérer dans les prochaines semaines, la préoccupation du gouvernement est aussi économique. Le budget 2021 sera celui de la relance.


Isoler les dépenses pour la relance

Avec 11 millions de salariés au chômage partiel, un plan de soutien de 110 milliards d'euros à financer, un déficit à 9%, une croissance dans le rouge à -8% et une dette publique de 115%, l'économie française va sortir du confinement en lambeaux. Et l'activité ne pourra repartir comme avant dès le 11 mai : il faudra respecter des mesures de distanciation sociale qui vont impacter de nombreuses entreprises. La reprise de l'économie va donc devoir s'inscrire dans le long terme. Pour mettre un pied à l'étrier, le gouvernement travaille sur un budget 2021 de « relance », qui sera présenté cet automne. Gérald Darmanin en a esquissé les contours lors d'une audition devant la commission des Finances de l'Assemblée nationale.

« Nous sommes en train de travailler pour le budget 2021 en imaginant une construction pour isoler les dépenses consacrées à la relance des budgets alloués aux différents ministères », a exposé le ministre de l'Action et des Comptes publics. La proposition a été formulée au Premier ministre. Il reste plusieurs mois pour arbitrer sur l'architecture de ce prochain budget, mais Gérald Darmanin estime que cette « construction » est une question de forme. Il s'agit de rendre plus lisible la discussion autour du budget.

Des mesures pour soutenir l'économie sur le long terme

Plusieurs secteurs d'activité attendent les mesures budgétaires avec une grande impatience : le tourisme, l'automobile, l'aéronautique, la restauration et l'hôtellerie ont été particulièrement impactés par l'épidémie de coronavirus et les mesures de confinement. Bruno Le Maire a déjà eu l'occasion d'annoncer des dispositifs de soutien : Renault et Air France ont ainsi reçu des milliards d'euros de soutien, la SNCF a également demandé un plan d'aide. Sans compter les milliers de petits commerçants dont l'activité ne tient plus qu'à un fil.

Gérald Darmanin a également souligné que la bonne tenue des finances publiques ont renforcé la capacité du pays à « tenir l'effort de guerre ». Tenir, c'est le mot, car le chômage partiel ne se terminera pas le 11 mai : la mesure se prolongera au moins jusqu'en juin et la réouverture des restaurants et de la plupart des commerces.



Tags : budget

Nouveau commentaire :
Twitter

Le JDE promeut la liberté d'expression, dans le respect des personnes et des opinions. La rédaction du JDE se réserve le droit de supprimer, sans préavis, tout commentaire à caractère insultant, diffamatoire, péremptoire, ou commercial.

France | International | Entreprises | Management | Lifestyle | Blogs de la rédaction | Divers | Native Advertising | Juris | Art & Marché | Prospective | Industrie immobilière | Intelligence et sécurité économique - "Les carnets de Vauban"



Les entretiens du JDE

La fin du franc CFA : un livre qui bouscule les idées reçues.

C’est pire qu’un crime, c’est une faute

J’ai deux amours…

Institut Sapiens : « Les concessions autoroutières préservent l’intérêt général »

​Jean-Luc Favène, Directeur Général de Lissac : "Notre modèle de franchise à tout pour séduire indépendants et primo-franchisés"

Quand Wall Street revêt les ailes d’Icare

La France doit consacrer l’importance stratégique d’une filière de l’hygiène

Sacha Lazimi (Yubo) : « En termes de communauté, nous sommes la première application sociale 100 % made in France »













Rss
Twitter
Facebook