Journal de l'économie

Envoyer à un ami
Version imprimable

Un « cartel » aurait verrouillé le marché des tickets restaurant





Le 10 Octobre 2019, par Olivier Sancerre

Le marché des titres restaurant a été verrouillé par une poignée d'acteurs pendant plus d'une dizaine d'années. L'autorité de la concurrence aurait mis au jour un véritable cartel des tickets restaurants.


Réduire la concurrence

Les quatre acteurs historiques du titre restaurant auraient été épinglés par l'Autorité de la concurrence, selon les informations du Figaro. Edenred, Sodexo, le groupe Up et Natixis Intertitres se seraient entendus pour freiner l'arrivée de la concurrence, réduire les coûts (au détriment des consommateurs), et au final fermer un marché qui représente 6 milliards d'euros chaque année. Une accusation grave, mais étayée par une enquête qui remonte à 2015.

C'est Resto Flash, un nouvel entrant, qui a alerté l'Autorité de la concurrence il y a quatre ans. Les quatre entreprises visées par cette accusation auraient mis en commun le traitement des tickets restaurant en papier entre octobre 2002 et fin 2015. C'est au travers d'une association à but non lucratif, la Centrale de règlement des titres (CRT), que les discussions se déroulaient. En se dévoilant leurs stratégies, les acteurs du marché pouvaient réduire leurs coûts. Et empêcher l'arrivée de concurrents…

Vers une sanction record ?

En 2014, le précédent gouvernement lançait la dématérialisation des tickets restaurant (via une carte à puce ou une application mobile). Le « cartel » aurait ralenti ce processus, retardant d'autant la possibilité pour d'autres de tenter leur chance sur un secteur qui cherchait à se départir du papier. 

L'Autorité de la concurrence doit encore se prononcer sur le montant de la sanction. Mais elle devrait être élevée (l'amende pourrait atteindre 10% du chiffre d'affaires des entreprises concernées) : non seulement l'entente a duré treize ans, mais aussi plusieurs sociétés ont déjà été condamnées pour entente en 2011. Sodexo, Edenred, la CRT et UP ont été sanctionnés sur les taux de commission…



Tags : concurrence

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Le JDE promeut la liberté d'expression, dans le respect des personnes et des opinions. La rédaction du JDE se réserve le droit de supprimer, sans préavis, tout commentaire à caractère insultant, diffamatoire, péremptoire, ou commercial.

France | International | Entreprises | Management | Lifestyle | Blogs de la rédaction | Divers | Native Advertising | Juris | Art & Marché | Billets d'humeur | Industrie immobilière | Intelligence et sécurité économique - "Les carnets de Vauban"













Rss
Twitter
Facebook