Journal de l'économie

Envoyer à un ami
Version imprimable

Un nouvel label « Boulanger de France » pour se distinguer des industriels





Le 12 Janvier 2020, par François Lapierre

Il va falloir s'habituer à tomber sur le nouvel label « Boulanger de France » lorsque l'on se rendra chez son artisan-boulanger. La profession veut ainsi réagir face aux industriels et aux chaînes de boulangeries.


Un label contre les chaînes de boulangerie

Le label « Boulanger de France » est lancé ce week-end à la faveur du salon Europain, qui se tient à Paris-Porte de Versailles. La Confédération nationale de la Boulangerie-Pâtisserie française (CNBPF) entend ainsi démarquer les artisans-boulangers des industriels et surtout des chaînes qui fabriquent le pain dans leurs points de vente, ce qui leur permet de s'appeler « boulangerie ». Mais ils ne fabriquent ni viennoiseries, ni pâtisseries, explique la confédération. De plus, ces chaînes ouvrent dans des secteurs prisés des consommateurs comme auprès des ronds-points. Les boulangers situés dans les centres-villes souffrent de cette concurrence. D'où la nécessité de créer un label.

La CNBPF veut lancer cette « marque » avec une charte de qualité. Pour décrocher le label, l'artisan-boulanger sera contrôlé par un organisme certificateur. Le cahier des charges précise que le pain devra être fabriqué sur place, tout comme « les croissants, la pâtisserie, le snacking (quiches, pizzas) », précise Dominique Anract, président de la confédération. Les artisans dépositaires du label « s'engagent dans une démarche sociétale et environnementale ».

Une démarche environnementale et sociale

Ainsi, les « Boulangers de France » devront s'engager à trier leurs déchets, à faire don de leurs invendus à des associations, à doser au mieux le sel dans le pain. Une communication nationale est prévue au printemps afin de faire connaitre le label et revaloriser le métier de boulanger. Il s'agit aussi de faire naître des vocations alors que le secteur offre plusieurs milliers de postes à pourvoir.

La boulangerie-pâtisserie compte 130 000 emplois en France, et représente 33 000 commerces. Le solde de création de nouveaux points de vente est depuis quelques années positif. C'est aussi la conséquence des chaînes qui peuvent se prévaloir d'être des boulangeries même si tous leurs produits ne sont pas nécessairement faits sur place.



Tags : commerce

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Le JDE promeut la liberté d'expression, dans le respect des personnes et des opinions. La rédaction du JDE se réserve le droit de supprimer, sans préavis, tout commentaire à caractère insultant, diffamatoire, péremptoire, ou commercial.

France | International | Entreprises | Management | Lifestyle | Blogs de la rédaction | Divers | Native Advertising | Juris | Art & Marché | Prospective | Industrie immobilière | Intelligence et sécurité économique - "Les carnets de Vauban"













Rss
Twitter
Facebook