Journal de l'économie

Envoyer à un ami
Version imprimable

Un tournant difficile pour les chefs d'entreprise en France





Le 13 Mars 2024, par Aurélien Delacroix

L'année 2023 a marqué un point d'inflexion pour les entrepreneurs en France, avec un nombre record de chefs d'entreprise perdant leur emploi. Cette situation, exacerbée par la fin des aides liées à la Covid-19 et d'autres facteurs économiques, met en lumière les défis majeurs auxquels ils sont confrontés.


Une augmentation importante des pertes d'emploi chez les chefs d'entreprise

Selon les données de l'Observatoire de l'emploi des entrepreneurs de l'association GSC et du groupe Altares, l'année 2023 a été particulièrement difficile pour les chefs d'entreprise en France. En effet, 51.555 dirigeants ont été contraints de quitter leur poste, soit une hausse de 33,3% par rapport à l'année précédente. Cette situation n'avait pas été observée depuis 2016, soulignant la gravité de la conjoncture actuelle.

Cette augmentation marquée s'explique par plusieurs facteurs. Avec la fin des aides gouvernementales mises en place pendant la pandémie de Covid-19 et la reprise des procédures d'assignation par l'Urssaf, les entreprises ont dû faire face à des défis accrus. À cela s'ajoutent la montée des taux d'intérêt et l'inflation, qui ont exacerbé les difficultés de trésorerie pour de nombreux entrepreneurs.

La crise n'a pas épargné les tranches d'âge, touchant aussi bien les jeunes entrepreneurs que les dirigeants plus expérimentés. Près d'un tiers des entrepreneurs affectés avaient plus de 51 ans, tandis que les jeunes de moins de 26 ans ont vu leurs pertes d'emploi augmenter de 33,5% par rapport à 2022.

Les secteurs et les profils les plus affectés

Les petites entreprises ont été particulièrement vulnérables, avec 90% des chefs d'entreprise concernés dirigeant des structures de moins de 5 salariés. Les entreprises de taille moyenne (6 à 9 salariés) ont connu la plus forte hausse des pertes d'emploi, soulignant l'impact disproportionné de la crise sur les petites structures.

Les secteurs de la construction et du bâtiment ont été parmi les plus touchés, mais l'inflation et la baisse de la consommation ont également eu un impact sévère sur le commerce de détail, notamment dans les domaines du textile et de l'habillement, ainsi que dans l'hôtellerie-restauration.

Les prévisions pour 2024 ne sont guère optimistes, avec des anticipations de difficultés persistantes pour le secteur entrepreneurial. Bien que certains domaines, comme le bâtiment, puissent connaître une reprise, la prudence reste de mise. La situation appelle à une réflexion approfondie sur les mesures de soutien nécessaires pour accompagner ces entrepreneurs dans un contexte économique incertain.




Nouveau commentaire :
Twitter

Le JDE promeut la liberté d'expression, dans le respect des personnes et des opinions. La rédaction du JDE se réserve le droit de supprimer, sans préavis, tout commentaire à caractère insultant, diffamatoire, péremptoire, ou commercial.

France | Mémoire des familles, généalogie, héraldique | International | Entreprises | Management | Lifestyle | Blogs de la rédaction | Divers | Native Advertising | Juris | Art & Culture | Prospective | Immobilier, Achats et Ethique des affaires | Intelligence et sécurité économique - "Les carnets de Vauban"



Les entretiens du JDE

Les Arpents du Soleil: un vignoble normand dans la cour des grands

Tarek El Kahodi, président de l'ONG LIFE : "Il faut savoir prendre de la hauteur pour être réellement efficace dans des situations d’urgence"

Jean-Marie Baron : "Le fils du Gouverneur"

Les irrégularisables

Les régularisables

Aude de Kerros : "L'Art caché enfin dévoilé"

Robert Salmon : « Voyages insolites en contrées spirituelles »

Antoine Arjakovsky : "Pour sortir de la guerre"











Rss
Twitter
Facebook