Journal de l'économie

Envoyer à un ami
Version imprimable

Une augmentation de la C3S pour les grandes entreprises ?





Le 17 Août 2017, par

Les quotidiens Le Figaro et Les Echos dévoilent, le 16 août 2017, un projet du gouvernement qui ne va pas plaire aux grands patrons français : une nouvelle taxe. Elle ne s’appliquerait que sur les grandes entreprises et serait uniquement temporaire mais le Medef a déjà déclaré qu’il s’estimait inquiet de cette nouvelle augmentation des impôts qui pèsent sur les sociétés


cc/pixabay
cc/pixabay
Bruno Le Maire, ministre de l’Economie, pourrait bientôt dévoiler une nouvelle taxe qui viendrait peser sur les grandes entreprises françaises : une augmentation exceptionnelle et temporaire de la Contribution sociale de solidarité des sociétés (C3S) pour les grandes entreprises du pays. Temporaire car elle ne s’appliquerait que pendant trois ans, selon les informations dévoilées par la presse le 16 août 2017.

Le but de la manœuvre est de compenser une mauvaise surprise que le nouveau Président a eue juste avant son élection en mai 2017. La Commission Européenne a, en mai 2017, estimé que la taxe sur les dividendes instaurées en 2012 par les équipes de François Hollande était contraire au droit européen. Cette taxe de 3 % permettait au gouvernement de récupérer environ 2 milliards d’euros par an, argent que les équipes d’Emmanuel Macron ne touchent donc plus.

Avec l’augmentation de la C3S exceptionnelle imaginée par Bercy, ces deux milliards d’euros par an reviendraient ainsi dans les caisses de l’État. La durée, limitée, de la réforme permettrait au gouvernement de mieux faire passer la pilule : les 2 milliards servent essentiellement pour que le budget soit conforme aux règles de Bruxelles et du Pacte de Stabilité et pour réaliser les réformes prévues par Emmanuel Macron et ses équipes.

Pas sûr, toutefois, que les patrons laisseront faire le gouvernement sans manifester leur mécontentement.


Paolo Garoscio
Après son diplôme de Master en Philosophie du Langage, Paolo Garoscio a décidé de se tourner vers... En savoir plus sur cet auteur



1.Posté par walter Benjamin le 17/08/2017 11:21 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
la vérité: les grand groupes sont imposés à moins de 8% parce qu'ils utilisent l'optimisation fiscale à fond ( fraude fiscale légale) Cela fait en tout 100 milliards qui manquent aux caisses de l'état français qui partent directement vers les "paradis fiscaux" . Mon boucher est à 30 % de taxe ,comme beaucoup de TPE ou de PME ,pourquoi les grandes banques et les grands groupes paieraient moins d'impôt que mon boucher ? là est la vraie question. Macron vient juste d'abandonner tout recours de l'état pour une ardoise fiscale de 1 milliard de Google..Il faut interdire les trust de complaisance et les locations douteuses (Mac Donald;s) 100 milliards de fraude ce n'est pas une paille

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Le JDE promeut la liberté d'expression, dans le respect des personnes et des opinions. La rédaction du JDE se réserve le droit de supprimer, sans préavis, tout commentaire à caractère insultant, diffamatoire, péremptoire, ou commercial.

France | International | Entreprises | Management | Lifestyle | Blogs de la rédaction | Divers | Native Advertising | Juris | Art & Marché | Billets d'humeur | Industrie immobilière



Les entretiens du JDE

Frederic Buisson, délégué syndical Groupe adjoint CFE – CGC du groupe Casino : "Casino conserve un temps d’avance par rapport à la concurrence"

François Bertauld, PDG de Médiane Système : "Aujourd’hui les entreprises de services du numérique sont devenues un soutien essentiel à l’innovation industrielle."

Justine Huiwen ZHANG : "Mieux comprendre la Chine"

Bernard Attali : "Un vent de violence"

Guerre économique : « c’est un leadership mondial qui se joue »

​Droite-gauche : la fin d’une époque ?

Laurence Gilardo, déléguée syndicale SNTA/FO du groupe Casino : « les salariés comme les syndicats du groupe Casino doivent resserrer les rangs »

« Dans les échanges économiques entre les entreprises, la professionnalisation et l’éthique sont indissociables de la fonction achat », Bruno Crescent, ancien directeur des achats d’EDF










Rss
Twitter
Facebook