Journal de l'économie

Envoyer à un ami
Version imprimable

Une banque allemande taxe les dépôts de ses clients





Le 17 Août 2016, par

Raiffeisenbank, une petite banque allemande, a ouvert la boîte de Pandore : elle a en effet décidé de taxer les dépôts de ses clients pour faire face aux taux négatifs pratiqués par la Banque centrale européenne.


C’est une première ou presque en Europe. La Raiffeisenbank taxe à hauteur de 0,4% les dépôts supérieurs à 100 000 euros. Cela ne concerne qu’une poignée de ses clients les plus fortunés, dont la banque espère détourner les dépôts vers des produits financiers plus rémunérateurs. L’impact est donc limité puisqu’il ne touche que 140 déposants, qui représentent tout de même 40 millions d’euros.

Néanmoins, ce geste pourrait faire tâche d’huile alors que les banques cherchent des moyens pour limiter les conséquences des taux négatifs pratiqués par la BCE. L’institution de Francfort cherche à en effet à pousser les banques à prêter leurs liquidités, plutôt qu’à les déposer dans les coffres de la BCE. L’objectif étant évidemment de stimuler la consommation et l’investissement des entreprises.

Suite à cette nouvelle, les banques allemandes ont annoncé qu’il n’était pas question d’emboîter le pas à la Raiffeisenbank pour les particuliers ; car pour les entreprises, les choses sont souvent bien différentes. En France, les établissements bancaires ont préféré créer ou augmenter les frais de tenue de compte de leurs déposants afin d’améliorer leurs marges…


Journaliste spécialisé dans les nouvelles technologies, Olivier Sancerre est aussi versé dans... En savoir plus sur cet auteur

Tags : banque

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Le JDE promeut la liberté d'expression, dans le respect des personnes et des opinions. La rédaction du JDE se réserve le droit de supprimer, sans préavis, tout commentaire à caractère insultant, diffamatoire, péremptoire, ou commercial.

France | International | Entreprises | Management | Lifestyle | Blogs de la rédaction | Divers | Native Advertising








Les entretiens du JDE

Les entretiens du JDE

La crise des gilets jaunes analysée par Eric Delbecque

Les gilets jaunes sont-ils populistes ? par Francois-Bernard Huyghe

Christian Aghroum : Gilets jaunes et mobilisation numérique

Philippe Schleiter: "faire réussir des choses extraordinaires par des gens ordinaires"

Gilles Imbert, groupe Interconstruction : « Les promoteurs indépendants sont obligés, plus que les autres, de tenir leurs engagements »

Loïk Le Floch-Prigent : « En finir avec le dérèglement industriel »

Florent Skrabacz, CEO de Shadline : « L’invisibilité des données est la clé de la résilience numérique »

Général Soubelet : « Traitons les vrais problèmes, ne poussons pas les Français à la révolte »









Rss
Twitter
Facebook