Journal de l'économie

Envoyer à un ami
Version imprimable

Une grille tarifaire plus simple et plus attractive à la SNCF





Le 18 Janvier 2021, par François Lapierre

L'épidémie a été un coup de massue pour la SNCF, qui a perdu 42 % de ses voyageurs sur l'ensemble de l'année dernière. Une hémorragie que l'entreprise veut colmater avec une grille tarifaire plus simple.


Faire revenir les voyageurs

« Plus simple, plus accessible, plus attractive ». C'est le portrait robot de la future grille tarifaire de la SNCF brossé par Christophe Fanichet, le PDG de SNCF Voyageurs, lors d'une rencontre avec des journalistes spécialisés. Cette nouvelle grille sera mise en place cet été, qui devrait marquer un rebond de l'activité commerciale du groupe, espère le dirigeant. La simplicité est au cœur du projet de relance de la SNCF, puisque l'entreprise va fondre ses cinq applications mobiles en une seule d'ici la fin de cette année. Ces chantiers de grande ampleur ont été baptisés « Easy SNCF ».

Il y a un très gros travail de reconquête de la clientèle à faire. Car la SNCF a perdu 42 % de ses voyageurs l'an dernier, en raison des mesures de restriction des déplacements mises en place pour contenir la propagation de la COVID-19. Un crève-cœur pour le groupe : durant les cinq années précédentes, la croissance du trafic voyageurs était de 2 à 3 % par an, déplore Christophe Fanichet. La baisse a été sensible sur tous les types de voyages : -45 % pour les trains de banlieue, -42 % sur les TGV et Intercités, -35 % pour les TER.

Un début d'année très lent

La situation de l'Eurostar est catastrophique : entre Paris et Londres il n'y a plus qu'une seule liaison aller/retour par jour… « C’est une entreprise qui, au vu du trafic, est plus touchée que l’aérien », soulève le patron de SNCF Voyageurs (la SNCF possède 55 % du capital d'Eurostar). En termes de chiffre d'affaires, l'entreprise affiche un manque à gagner de 5 milliards d'euros entre janvier et octobre.

Le début de l'année 202 ne montre pas de signes particulièrement encourageants : les réservations pour le mois de février sont en baisse de 70 %, celles pour mars de 80 %. Le taux d'occupation dans les TGV s'affiche à 45 % seulement, et pourtant seuls trois trains sur quatre circulent. Avec la montée progressive de la campagne de vaccination, la SNCF espère que les choses vont retrouver un semblant de normalité à partir de l'été. C'est la raison pour laquelle le transporteur met en œuvre une nouvelle stratégie commerciale.



Tags : SNCF

Nouveau commentaire :
Twitter

Le JDE promeut la liberté d'expression, dans le respect des personnes et des opinions. La rédaction du JDE se réserve le droit de supprimer, sans préavis, tout commentaire à caractère insultant, diffamatoire, péremptoire, ou commercial.

France | International | Entreprises | Management | Lifestyle | Blogs de la rédaction | Divers | Native Advertising | Juris | Art & Marché | Prospective | Industrie immobilière | Intelligence et sécurité économique - "Les carnets de Vauban"














Rss
Twitter
Facebook