Journal de l'économie

Envoyer à un ami
Version imprimable

Une hausse des investissements étrangers en trompe-l'œil





Le 1 Mars 2024, par La rédaction

La France a enregistré un nombre record de décisions d'investissements étrangers l'an dernier selon Business France, malgré le ralentissement économique européen. Une analyse plus approfondie révèle toutefois une réalité économique plus nuancée, marquée par un changement de méthodologie dans le comptage des investissements et des défis persistants pour l'économie française.


L'attractivité de la France en question

L'année 2023 a été marquée par une augmentation significative des investissements étrangers en France, avec 1.815 projets recensés, contre 1.725 en 2022, selon Business France. Cette hausse des investissements a été principalement portée par les États-Unis, l'Allemagne et le Royaume-Uni, signe d'une confiance maintenue des partenaires internationaux dans l'attractivité de l'Hexagone. 

Les annonces de ces investissements laissent présager la création ou le maintien de 59.254 emplois, un chiffre légèrement supérieur à celui de l'année précédente. Le gouvernement français, y compris le président Emmanuel Macron, a vivement salué ces résultats, les attribuant aux réformes et à une stratégie d'attractivité efficace.

Toutefois, derrière ces chiffres encourageants se cache un changement de méthodologie dans le recensement des investissements. En effet, Business France a élargi son périmètre de comptabilisation pour inclure les investissements de décarbonation, de numérisation, ainsi que certains partenariats technologiques ne générant pas d'emplois. 

Signaux d'alerte

Si cette nouvelle approche reflète une volonté de moderniser l'outil industriel français, elle conduit également à gonfler artificiellement les résultats en ajoutant 112 investissements au bilan de 2023. Une fois ajustés, les chiffres révèlent une réalité plus modeste, avec un nombre de projets comparable à celui de 2022.

Malgré un tableau apparemment positif, des signes d'essoufflement et des défis subsistent. Le dernier baromètre de la chambre de commerce américaine en France et l'analyse de l'institut Rexecode pointent vers une érosion de l'attractivité de la France. 

La croissance économique reste poussive, avec un PIB en hausse de seulement 0,9% en 2023, et l'industrie manufacturière peine à redynamiser son poids dans l'économie française. Les réformes structurelles et les baisses de fiscalité engagées depuis 2017 ont certes contribué à améliorer certains indicateurs d'attractivité, mais l'objectif d'augmenter significativement la part de l'industrie dans le PIB paraît encore lointain.




Nouveau commentaire :
Twitter

Le JDE promeut la liberté d'expression, dans le respect des personnes et des opinions. La rédaction du JDE se réserve le droit de supprimer, sans préavis, tout commentaire à caractère insultant, diffamatoire, péremptoire, ou commercial.

France | International | Mémoire des familles, généalogie, héraldique | Entreprises | Management | Lifestyle | Blogs de la rédaction | Divers | Native Advertising | Juris | Art & Culture | Prospective | Immobilier, Achats et Ethique des affaires | Intelligence et sécurité économique - "Les carnets de Vauban"



Les entretiens du JDE

Tarek El Kahodi, président de l'ONG LIFE : "L’environnement est un sujet humanitaire quand on parle d’accès à l’eau" (2/2)

Tarek El Kahodi, président de l'ONG LIFE : "Il faut savoir prendre de la hauteur pour être réellement efficace dans des situations d’urgence" (1/2)

Jean-Marie Baron : "Le fils du Gouverneur"

Les irrégularisables

Les régularisables

Aude de Kerros : "L'Art caché enfin dévoilé"

Robert Salmon : « Voyages insolites en contrées spirituelles »

Antoine Arjakovsky : "Pour sortir de la guerre"











Rss
Twitter
Facebook