Journal de l'économie

Envoyer à un ami
Version imprimable

Une lourde dette plombe Alitalia





Le 6 Mai 2017, par

Alitalia va mal, ce n’est pas vraiment un scoop : la compagnie aérienne italienne se débat depuis des années dans les difficultés financières. Le dernier coup a été très dur : les salariés, épuisés après d’innombrables plans de restructuration, ont rejeté le dernier plan de sauvegarde.


D’après des documents rendus publics par le gouvernement italien, Alitalia présentait une dette de 3 milliards d’euros fin février. L’entreprise compte 921 millions d’euros d’actifs. L’entreprise, qui est détenue à 49% par Etihad Airlines (une compagnie aérienne basée à Abou Dhabi), demande son placement sous tutelle… Pour la deuxième fois en dix ans. Autant dire que l’avenir s’annonce sombre pour la société.

Alitalia est pourtant le symbole de la croissance économique italienne de l’après-guerre. Mais la compagnie aérienne n’a pas su se restructurer et s’adapter face à la concurrence du train à grande vitesse et des compagnies à bas coût. Sans oublier les difficultés à s’imposer sur les grandes lignes internationales malgré son appartenance à SkyTeam, qui regroupe aussi Air France-KLM et Delta Airlines.

Les autorités italiennes ont exclu la nationalisation d’Alitalia. Désormais, l’entreprise va entamer un processus de vente dans les deux semaines, a annoncé le gouvernement, qui a pris la compagnie aérienne sous sa tutelle. Difficile de dire à quoi ressemblera la société d’ici la fin de l’année, ou même si elle a un avenir.


Journaliste spécialisé dans les nouvelles technologies, Olivier Sancerre est aussi versé dans... En savoir plus sur cet auteur

Tags : alitalia

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Le JDE promeut la liberté d'expression, dans le respect des personnes et des opinions. La rédaction du JDE se réserve le droit de supprimer, sans préavis, tout commentaire à caractère insultant, diffamatoire, péremptoire, ou commercial.

France | International | Entreprises | Management | Lifestyle | Blogs de la rédaction | Divers | Native Advertising







Les entretiens du JDE

Les entretiens du JDE

Florent Skrabacz, CEO de Shadline : « L’invisibilité des données est la clé de la résilience numérique »

Général Soubelet : « Traitons les vrais problèmes, ne poussons pas les Français à la révolte »

Entretien avec Ignacio de la Torre : "Nous vivons le début de la fin de « l’argent bon marché » !"

Fabrice Lépine, DG de Wonderbox : "Nos partenaires sont les premiers ambassadeurs de notre marque"

Vincent Stellian, président de Quietalis : « Nos clients et nos partenaires nous font confiance parce que nous sommes indépendants »

Citelum veut "prolonger la vie au-delà de la tombée de la nuit." Jean-Daniel Le Gall, directeur général adjoint.

Agriculture : le printemps européen du ministre Stéphane Travert

Olivier Maes, le monde comme territoire de marque.

















Rss
Twitter
Facebook