Journal de l'économie

Envoyer à un ami
Version imprimable

Une voiture autonome doit-elle sacrifier les passagers ou les piétons ?





Le 26 Juin 2016, par

En cas de danger immédiat, une voiture autonome doit-elle sacrifier ses passagers ou les piétons ? C'est la question éthique qu'ont posé des chercheurs, et aucune des réponses ne sont réellement satisfaisantes.


Des chercheurs des universités de Toulouse, du MIT et de l'Oregon ont publié une étude basée sur les réponses de 2 000 Américains sur une question délicate : que doit faire une voiture sans chauffeur lorsqu'elle fait face à un danger immédiat ? Qui doit être sacrifié : les passagers du véhicule, ou les piétons ? 

Pour 75% des personnes interrogées, ce sont les passagers de la voiture qui devront être sacrifiés, au profit des piétons. Mais voilà, ils sont moins de 30% à vouloir acheter une voiture prête à sacrifier ses passagers (il est vrai que la perspective n'est pas spécialement attirante…). L'intelligence artificielle dont sont dotés les véhicules autonomes devront pourtant bien faire ce genre de choix qui n'appellent pas de réponses toutes faites.

Il faudra pourtant trouver des solutions, et rapidement. Le marché des véhicules sans chauffeur est susceptible d'exploser dans les prochaines années. Plusieurs constructeurs ont annoncé le développement de leurs propres voitures sans chauffeur, avec des résultats qui dépassent toutes les espérances en termes de réduction des accidents.


Journaliste spécialisé dans les nouvelles technologies, Olivier Sancerre est aussi versé dans... En savoir plus sur cet auteur

Tags : automobile

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Le JDE promeut la liberté d'expression, dans le respect des personnes et des opinions. La rédaction du JDE se réserve le droit de supprimer, sans préavis, tout commentaire à caractère insultant, diffamatoire, péremptoire, ou commercial.

France | International | Entreprises | Management | Lifestyle | Blogs de la rédaction | Divers | Native Advertising







Les entretiens du JDE

Les entretiens du JDE

Florent Skrabacz, CEO de Shadline : « L’invisibilité des données est la clé de la résilience numérique »

Général Soubelet : « Traitons les vrais problèmes, ne poussons pas les Français à la révolte »

Entretien avec Ignacio de la Torre : "Nous vivons le début de la fin de « l’argent bon marché » !"

Fabrice Lépine, DG de Wonderbox : "Nos partenaires sont les premiers ambassadeurs de notre marque"

Vincent Stellian, président de Quietalis : « Nos clients et nos partenaires nous font confiance parce que nous sommes indépendants »

Citelum veut "prolonger la vie au-delà de la tombée de la nuit." Jean-Daniel Le Gall, directeur général adjoint.

Agriculture : le printemps européen du ministre Stéphane Travert

Olivier Maes, le monde comme territoire de marque.

















Rss
Twitter
Facebook