Journal de l'économie

Envoyer à un ami
Version imprimable

Urgences : une enveloppe de 70 millions d’euros pour répondre à la crise





Le 16 Juin 2019, par François Lapierre

Le gouvernement a mis en place des mesures pour répondre à la crise que traverse les services d’urgence. Une enveloppe de 70 millions d’euros est sur la table.


Avec une centaine de services d’urgence en grève, le mouvement qui concerne les médecins et les infirmiers a pris de l’ampleur. Constatant la dureté du conflit, Agnès Buzyn la ministre de la Santé a annoncé des mesures d’urgence. Il y a tout d’abord une revalorisation de la prime individuelle de risque à 118 euros à compter du 1er juillet. Cette prime concerne tous les professionnels des services d’urgence, exception faite des médecins. Cette revalorisation représente une enveloppe de 55 millions d’euros. Les infirmiers et les aides-soignants vont bénéficier d’une prime dite de coopération à hauteur de 100 euros bruts mensuels.

 

15 millions d’euros supplémentaires vont être consacrés au renforcement des services d’urgence, en permettant l’embauche d’effectifs paramédicaux pendant l’été. L’objectif étant de garder un maximum de lits ouverts durant cette période délicate pour les urgences. Agnès Buzyn a également mis sur la table le rehaussement du plafond des heures supplémentaires : 20 heures par mois, ou 240 heures par an. Une procédure pour déroger à ce plafond pourra être mise en place par l’Agence régionale de santé.

 

Par ailleurs, la ministre propose également d’accélérer la modernisation des locaux et des équipements des services concernés. Voilà pour répondre à l’urgence de la crise ; un rapport sera remis cet automne avec des propositions pour remédier en profondeur à la crise traversée par les services d’urgence.




Tags : Hôpital

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Le JDE promeut la liberté d'expression, dans le respect des personnes et des opinions. La rédaction du JDE se réserve le droit de supprimer, sans préavis, tout commentaire à caractère insultant, diffamatoire, péremptoire, ou commercial.

France | International | Entreprises | Management | Lifestyle | Blogs de la rédaction | Divers | Native Advertising | Juris | Art & Marché | Billets d'humeur | Industrie immobilière



Les entretiens du JDE

Frederic Buisson, délégué syndical Groupe adjoint CFE – CGC du groupe Casino : "Casino conserve un temps d’avance par rapport à la concurrence"

François Bertauld, PDG de Médiane Système : "Aujourd’hui les entreprises de services du numérique sont devenues un soutien essentiel à l’innovation industrielle."

Justine Huiwen ZHANG : "Mieux comprendre la Chine"

Bernard Attali : "Un vent de violence"

Guerre économique : « c’est un leadership mondial qui se joue »

​Droite-gauche : la fin d’une époque ?

Laurence Gilardo, déléguée syndicale SNTA/FO du groupe Casino : « les salariés comme les syndicats du groupe Casino doivent resserrer les rangs »

« Dans les échanges économiques entre les entreprises, la professionnalisation et l’éthique sont indissociables de la fonction achat », Bruno Crescent, ancien directeur des achats d’EDF










Rss
Twitter
Facebook